5
5 sur 5( 2 votes )
Océane veut redonner du sens au métier d'ingénieur
Travail

Vocations d’avenir : Océane, 23 ans, redonne du sens au métier d’ingénieur

2 min

à propos du contributeur

Usbek & Rica

Usbek & Rica et L'Essentiel par Macif ont rencontré 4 jeunes pour parler de leur vocation pro.

5
5 sur 5( 2 votes )

À 23 ans, Océane Lannoy a choisi un chantier de taille : mettre le métier d’ingénieur au service de la société. Fin 2020, elle décroche son diplôme d’ingénieure matériaux, après cinq ans d’études au sein de l'Institut national des sciences appliquées (INSA) de Lyon. Sa spécialité : l’éco-conception, ou comment penser l’impact des produits sur l’environnement dès leur conception. « C’est à la fin de mes années collège qu’on m’a parlé du métier d’ingénieure en éco-conception. Je n’ai jamais décroché de ce projet de métier depuis, raconte Océane. Après le Bac, j’ai orienté l’ensemble de mes projets scolaires et extrascolaires en direction de cet objectif ».

Engagement associatif et prise de conscience

À l’INSA Lyon, on propose aux étudiants d’orienter leur cursus et de s’auto-former selon leurs centres d’intérêts. Océane décide alors de co-animer un cours intitulé « REC » - pour Remettre En Cause - où elle invite ses pairs à explorer des sujets environnementaux et sociaux, tels que le sens du travail ou l'écoféminisme. Dès la seconde année de prépa intégrée à l’école, elle rejoint le tissu associatif du campus. Nous sommes alors à la veille des élections présidentielles de 2017, et Océane veut cultiver sa conscience politique. « Aujourd’hui, je pense que mon engagement associatif m’a autant formée - voire plus - que les cours en eux-mêmes. Ça m’a appris à gérer des projets et des personnes, et ça m’a permis de découvrir différentes opinions politiques, et ça m’a aidé à comprendre quelles sont les miennes » raconte-t-elle.

À force de projets extra-scolaires, d’écoute médiatique et de recherches personnelles, elle comprend l’ampleur de l’urgence écologique. Direction l’association « Ingénieur.e.s Engagé.e.s » où elle explore le sujet de la responsabilité sociétale de l’ingénieur à travers des événements, conférences, projections, et des débats. « L’association fonctionne sur des bases d’éducation populaire : on essaie de trouver des outils pour rendre les échanges les plus collaboratifs possible : tout le monde apporte ses opinions, et si ce ne sont pas les mêmes c’est encore mieux ».

Lire aussi : Les différentes formes d'engagement associatif et citoyen

« Quand j’ai compris qu’on fonçait dans un mur, je me suis dit : ‘Il faut faire quelque chose’ ».

Océane Lannoy

Ingénieure et citoyenne

Aujourd’hui, Océane est ingénieure en éco-conception au sein d’un grand groupe agroalimentaire français. Au quotidien, elle analyse le cycle de vie des produits et encourage le recours aux matériaux bio-sourcés, recyclés et recyclables. « Le poste que j’ai me permet de soulever des questions d’impact environnemental dans le groupe et dans l’entreprise : sourcing de proximité, simplification des recettes, éco conception des emballages… J’identifie des leviers pour améliorer l’empreinte environnementale de l’activité, ce qui rend mon métier très plaisant au quotidien, même si je n’ai pas non plus l’impression de faire bouger les choses au rythme où il faudrait ».

Mais avant d’être professionnelle, Océane reste d’abord citoyenne. Régulièrement, elle organise des ateliers de discussion dont elle fait remonter les conclusions au think tank The Shift Project, spécialisé sur la transition carbone. Elle rejoint également l’association Sciences Citoyennes et son projet Horizon TERRE (Tou.te.s Ensemble pour une Recherche Responsable et Engagée) où elle bâtit aux côtés d’une quarantaine de chercheurs et d’experts une proposition alternative au programme de financement de la recherche et innovation de l’Europe, Horizon Europe.

Lire aussi : L'engagement des jeunes pour sauver le climat

Baignée dans des sujets aussi cruciaux que l’urgence climatique, la crise des écosystèmes, l’accroissement des inégalités et l’appauvrissement de la biodiversité, Océane ne perd pas son optimisme et sa combativité pour autant. « J’ai bon espoir que le métier d’ingénieur continue d’évoluer, notamment pour nous assurer de remplir nos objectifs de transition climatique. Plus généralement, je pense que les entreprises vont avoir de plus en plus besoin d’ingénieurs avec de solides convictions environnementales. À l’école, certains enseignants étaient réticents à l’idée d’évoquer l’impact social de notre activité, de peur de glisser sur le terrain politique. Moi j’estime que le métier d’ingénieur est politique en soi ».

Noter cet article :
Article suivant