« Les jeunes ont moins peur de quitter leur entreprise »

Quelle vision de l'entreprise a la jeunesse ? Quelle place lui accorde-t-elle quand elle réfléchit à sa vie professionnelle bourgeonnante ? A-t-elle le sentiment d’être différente de ses aînés ? Qu’est-ce qui la stimule, la rassure ou l’inquiète quand elle se projette professionnellement ? Comment ont évolué ses attentes en termes d’autonomie, de salaire et de sens ? Éléments de réponse avec Maxime et Olivier.

Temps de lecture : 9 min

à propos du contributeur

Usbek & Rica

Avec Usbek & Rica, L’Essentiel s'engage à documenter les tendances structurantes et émergentes.

Maxime, 21 ans, est en réorientation dans un bac pro de maintenance des équipements industriels à Nantes et apprenti dans un grand groupe international de constructions navales, au sein duquel il fait de la maintenance mécanique sur des pompes à chaleur de sous-marins nucléaires. De son côté, Olivier a arrêté son BTS Techniques Commerciales pour un poste de manutentionnaire de fruits et légumes dans un grand groupe agroalimentaire lorsqu’il avait 21 ans. Depuis, il n’a cessé d’évoluer et est aujourd’hui responsable d’exploitation au sein d’une start up prometteuse de distribution alimentaire.

Le modèle d’entreprise dans lequel vous travaillez a-t-il de l’importance lorsque vous projetez votre vie professionnelle future ?

Maxime : Travailler dans une petite ou grosse entreprise m’est égal tant qu’il y a une bonne ambiance, que le travail est intéressant, et que j’ai l’impression de servir à quelque chose. Par exemple, ça a beaucoup de sens pour moi de travailler dans l’entreprise au sein de laquelle je suis apprenti car ce qu’elle produit me semble utile : je pense qu’on a besoin de ces sous-marins pour assurer la sécurité du pays.

Olivier : Je suis entré dans le monde du travail dans une grosse entreprise, mais chaque site fonctionnait de manière individuelle donc il y avait un esprit “ taille humaine “ avec une très bonne ambiance et un esprit d’équipe. Je pense que ce fonctionnement familial a aidé au fait qu’on m’y ait vite accordé une certaine confiance et autonomie dans mon travail.

28 % des jeunes

s’imaginent rester au sein de la même entreprise autant que possible. 1

Quels sont les éléments dont vous avez besoin pour vous sentir bien dans une entreprise ?

Maxime : Avant tout, comme je le disais, j’ai besoin d’une bonne ambiance : avec mes collègues, on s’entraide, on se rend la pareille et on peut compter les uns sur les autres. Mon manager n’est pas déconnecté de ce que je fais, on s’entend très bien et il y a une atmosphère de confiance, ce qui me motive d’autant plus. Il y a aussi les avantages d’une grosse entreprise : comité d'entreprise, jours de congés, aide au logement… Pour l’instant j’habite chez mes parents mais pour plus tard ça peut être intéressant.

Olivier : À mes débuts, tout ce qu'il me fallait dans mon travail, c'était me sentir utile, avoir des challenges à relever, et des projets en vue. Puis l'ambiance entre collègues et l’esprit d’équipe sont devenus primordiaux à mes yeux, c’est quelque chose dont j'ai mieux compris la valeur avec le temps. Cela passe également par le management, or je pense que c'est plus facile de mettre en place un management bienveillant dans une petite structure que dans une grosse. Pour moi qui ai vu le management participatif se développer dans les années 90, j’ai constaté combien cela a permis plus d’échanges et de faire grandir les collaborateurs.

Lire aussi : Jeunes et emploi : « C’est particulièrement attirant qu’une entreprise soit moderne »

Vous projetez-vous sur du long terme dans un même établissement ?

Maxime : Dans l’idée, ça ne me dérangerait pas de rester une bonne partie de ma vie dans l’entreprise pour laquelle je travaille. En revanche, je ne m’imagine pas particulièrement monter des échelons, parce que j’ai une personnalité qui préfère suivre que montrer l’action. J’ai du mal à me projeter, mais j’imagine que plus tard je pourrais faire un travail sur moi-même pour gagner en confiance et me sentir capable de gagner en responsabilités. Peut-être que je pourrai faire des formations pour avoir plus de qualifications. Je n’ai pas encore réfléchi au fait d’aller travailler à l’étranger, ça peut aussi être une option intéressante, mais pour l’instant je me vois plutôt rester à Nantes.

Olivier : Je pense qu'à l'époque, on se posait beaucoup moins la question de savoir si on allait rester dans une entreprise ou pas : quand on entrait dans une boîte, c'était généralement pour y faire carrière, ou au moins y rester un maximum. Moi j'avais des perspectives d'évolution dès le départ, et j'y suis resté 10 ans, avec pas mal de différentes missions à l'intérieur. Autour de moi aujourd’hui, j'ai l'impression qu’un certain nombre de jeunes essaye d'évoluer et de progresser rapidement dans leur boulot, lorsqu’ils se sentent bien dans l’entreprise. Mais j’observe qu’ils se sentent moins liés à leur entreprise qu’à mon époque, ce qui explique qu’ils changent plus facilement de boulot qu’il y a 20 ou 30 ans : moi je sentais bien ce lien d’appartenance à ma première entreprise.

43 % des jeunes

indiquent que leur attente principale vis-à-vis de leur travail se situe au niveau du salaire. 1

Le salaire est-il déterminant pour choisir votre emploi ?

Maxime : Mes ambitions en terme de salaire sont proportionnelles à mes coûts par mois liés au strict minimum : actuellement, je vis chez mes parents, alors mon petit salaire d’apprenti me convient très bien puisque je ne paye pas de loyer, ni de nourriture, d’électricité… même si je participe aux frais de la maison. C’est avant tout une question de sécurité pour moi : une fois que j’aurai quitté le nid et que j’aurai ma propre famille, je voudrai être sûr de pouvoir subvenir aux besoins de mes enfants.

Olivier : Pour moi, le salaire n'a jamais été primordial. Je le trouvais correct à mes débuts, aligné sur les prix du marché. Je n'étais pas particulièrement tourné vers les avantages, je ne regardais pas non plus ce qu'il pouvait y avoir comme formation. Il s'agissait d'abord de financer un logement puisque ça correspondait avec le moment où je m'installais avec ma femme, donc j'avais besoin d'être indépendant et d'assurer un loyer, une voiture, etc. Il y avait une part de loisir aussi, mais c'était secondaire : on faisait avec ce qu'il restait, quand il en restait. L'important était plutôt la perspective de pouvoir évoluer, en sachant que le salaire suivrait. Un bon salaire, c'était donc pour moi un salaire qui suit la valeur de mon évolution professionnelle.

Lire aussi : « Le revenu représente la valeur de notre travail »

Êtes-vous satisfait de votre arrivée sur le marché du travail ?

Maxime : Ma vision de la vie de travailleur n’est pas très positive, car je me dis que les meilleures années pour quelqu’un, ce sont celles où il est à l’école. Une fois qu’on est en entreprise, on est fatigué quand on rentre du travail, donc on a moins d’énergie pour faire des choses amusantes. Or je pense qu’il faut quand même penser à se faire plaisir pour décompresser et ne pas avoir une vie ennuyeuse. Et ça, ça passe par le fait d’avoir une vie sociale en dehors du travail, ainsi que des loisirs.

Olivier : À mes débuts, je n’avais pas une très bonne vision du monde du travail : entre la théorie apprise à l'école et la pratique de la vie en entreprise, ça ne reflétait pas du tout ce qu'on m'a appris, donc il y a une eu petite période d’incompréhension. Heureusement, j'avais envie de rentrer dans la vie active et je me suis tout de suite impliqué dans mon entreprise, en travaillant autant que je pensais qu’il était nécessaire pour aller au bout de mes projets.

Lire aussi : Jeunes et emploi : « On n'attend plus de l'entreprise qu'elle nous dise qui on est »

Avez-vous l’impression d’avoir un rapport au travail différent de vos collègues plus âgés ?

Maxime : D’un point de vue strictement professionnel, j’essaie de prendre exemple sur mes aînés : ils sont travailleurs et persévérants, ça m’apprend la discipline. En quelques mois d’expérience je trouve qu’on devient déjà plus sérieux, les autres juniors et moi. En revanche, j’ai l’impression que les plus anciens sont souvent assez dépendants de la sécurité de l’emploi et que ça ne les rend pas heureux : il y en a certains qui critiquent l’entreprise mais qui restent malgré tout. Je trouve ça dommage, les jeunes ont moins peur de partir parce qu’ils sont moins fidèles à leur entreprise.

Olivier : Quand je suis arrivé en entreprise, j’ai senti que je devais faire mes preuves et apprendre beaucoup, car je n’avais pas la connaissance que les anciens avaient accumulée avec l'expérience. Mais il y avait aussi beaucoup de gens qui n'étaient pas là pour s'impliquer professionnellement : certains venaient travailler parce qu'il le fallait et faisaient le minimum. Je crois que de ce côté les mentalités ont beaucoup évolué, et je suis convaincu que c’est notamment parce que l'esprit d'équipe est devenu central. Du coup, on se sent mieux au travail, ce qui est particulièrement important pour les jeunes d’aujourd'hui.

Est-il important pour vous que votre entreprise s’engage pour les causes qui vous sont chères ?

Maxime : Oui, j’ai l’impression que mon entreprise utilise une énergie qui ne pollue pas l’air et c’est important pour moi : je préfère qu’on ait une énergie propre pour respecter l’environnement, car la planète terre ne nous appartient pas et il faut la respecter. Si elle utilisait du charbon, je ne sais pas si je serais aussi enthousiaste. Cette conscience me suffit, je n’ai pas besoin qu’elle s’engage plus ouvertement sur le sujet.

Olivier : À l'époque, on ne parlait pas du tout des sujets environnementaux en entreprise, et moi même je n'y étais pas particulièrement sensible. Les jeunes ont apporté ce côté là avec une vraie envie de faire évoluer les mentalités y compris au sein de l'entreprise, et c'est tant mieux pour la planète. Le problème, c'est quand certaines entreprises se positionnent sur le sujet alors qu'elles sont parfois loin d'être exemplaires. Heureusement, je trouve que ça va de plus en plus vers des faits réels, parce que de toute façon il n'y a pas le choix, notamment sur ce qui est alimentaire.

Article suivant