4
4 sur 5( 2 votes )
Une femme recouvre les épaules d'une sans-abri avec une couverture.
Solidarité

Les différentes formes d’engagement associatif et citoyen

0 min

L'Essentiel de l'article

  • L’engagement citoyen et associatif, c’est participer à la vie de la société en aidant les autres.
  • L’essor du digital a modifié la manière de s’engager.
  • Les jeunes de moins de 35 ans s’engagent davantage dans un bénévolat occasionnel.
lire la suite
4
4 sur 5( 2 votes )

Les moyens de s’engager pour la société et faire preuve de solidarité sont nombreux. Quelles sont les différentes formes d’engagement ? Quelles causes pouvez-vous soutenir ? Comment vous lancer ? Le point pour tout comprendre.

1 Qu’est-ce que l’engagement associatif et citoyen ? Définition

La citoyenneté se définit par la participation à la vie collective. Une notion de collectivité qui va souvent de pair avec l’idée de solidarité, d’entraide et d’écoute. Ainsi, si l’engagement citoyen et associatif est une initiative individuelle au départ, il permet de mener des actions pour le bien dans la société. Penser collectif pour améliorer la situation de chacun.

Face à la crise sanitaire actuelle, l’engagement citoyen et associatif est plus que jamais nécessaire, et les divers élans de solidarité qui ont été déployés pendant le confinement montrent à quel point les Français sont enclins à aider leur prochain. Dès le début de l’épidémie, vous avez été nombreux à vous mobiliser pour apporter – à votre échelle – de l’aide aux personnes les plus fragiles. Les gestes de solidarité ont été nombreux, comme rendre visite à son voisin qui vit seul, soutenir financièrement les commerçants en détresse, donner des cours en ligne aux enfants ou encore faire des courses pour les plus isolés.

 

2 Quelles sont les différentes formes d’engagement associatif et citoyen ?

L’envie d’agir et de s’engager est un fait, le fait de passer à l’action en est un autre. Alors, avant de vous lancer, découvrez les différentes options et statuts qui s’offrent à vous pour choisir celui qui s’adapte le mieux à vos attentes, à votre mode de vie et aux causes que vous souhaitez défendre.

  • Le bénévolat : comme 25 % des Français (1), vous vous engagez auprès d’une association pour donner gracieusement de votre temps et de vos compétences afin d’aider les autres. Vous êtes libre de choisir comment vous souhaitez vous engager. Ponctuellement ou régulièrement, à votre rythme, selon vos envies et disponibilités.

 

  • Le volontariat : vous vous portez volontaire pour exécuter sur une durée déterminée une mission d’intérêt général. Il peut s’agir d’un volontariat dans le cadre du service civique, d’un volontariat dans une association (en France ou à l’étranger) ou encore dans le cadre de la sécurité civile (sapeur-pompier volontaire, réserve sanitaire, etc.). Vous êtes alors soumis à un contrat et percevez une indemnisation.

 

  • Le service civique : réservé aux jeunes de 16 à 25 ans, et jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap, il vous permet de vous engager – sans condition de diplôme – dans une mission d’intérêt général au sein d’une association, d’un établissement public, d’une collectivité… en France ou à l’étranger. Sachez que le service civique ouvre droit à une indemnisation jusqu’à 577 € par mois. (2)

 

  • Le salariat : vous pouvez être salarié au sein d’une association. De quoi faire rimer votre carrière avec vos convictions personnelles.

 

  • Le stage : souvent obligatoire pour valider une année d’étude, il peut être réalisé au sein d’une association afin de concilier études/travail et engagement.

 

  • Dans un parti politique ou un syndicat : vous aiderez les autres en défendant des intérêts collectifs.

 

 

3 De nouvelles formes d'engagement qui séduisent les jeunes

Des jeunes bénévoles récoltent des vêtements pour une association.

 

Grâce à l’essor du digital et notamment des plateformes de mobilisation et des réseaux sociaux, les modalités d’engagement ont été redéfinies et en particulier chez les jeunes.

L'engagement occasionnel, une solution lorsque l'on a peu de temps

 

Les bénévoles privilégient aujourd’hui l’engagement physique ponctuel. Ainsi, 29 % de ceux qui œuvrent (5) en association le font à un moment précis de l'année ou à l'occasion d'un évènement, quelques heures voire quelques jours par an, et pas tout au long de l'année.

Selon une étude menée par SolidaiMe de Médiamétrie (4), le manque de temps est l’un des principaux obstacles à l’engagement dans une association chez les jeunes : près de 3 sur 4 le mentionnent. C’est donc en toute logique qu’ils sont les plus concernés par le bénévolat ponctuel les jeunes, en s’engageant de plus en plus pour des missions courtes.

L’intérêt de l’engagement occasionnel est aussi de découvrir différentes types d’associations avant de vous investir à long terme. Cette évolution de l’engagement pousse les associations à diversifier les missions qu’elles proposent pour répondre aux attentes et aux disponibilités des bénévoles. Le bénévolat occasionnel leur permet aussi de renforcer leurs équipes pour des évènements en particulier, comme les collectes alimentaires, les maraudes, l’organisation de festivals ou de séjours sportifs destinés aux personnes en situation de handicap par exemple.

 

 

Un premier pas "virtuel" pour s'engager autrement

 

En pleine culture de l’immédiateté, pour beaucoup l’engagement est non seulement ponctuel mais surtout digital. Vous êtes nombreux à participer régulièrement à des campagnes de crowdfunding* ou encore à la signature de pétitions en ligne par exemple. Une digitalisation qui permet de donner la capacité à ceux qui en ont envie de s’engager à l’échelle nationale mais aussi à l’international.

Grâce aux sites de crowdtiming** par exemple, vous pouvez donner de votre temps selon vos disponibilités. En consultant ces plateformes d’engagement comme Diffuz ou encore le site de la réserve civique, vous trouvez en quelques clics une mission à réaliser ou un défi citoyen auquel prendre part… Organiser des initiations aux gestes de premier secours, collecter des protections hygiéniques dans les grandes surfaces pour des femmes en situation de précarité ou encore participer à une journée de nettoyage de la nature par exemple, le choix est varié.

 

Un groupe de bénévole ramasse des déchets dans un parc.

 

De même, les réseaux sociaux permettent de créer très rapidement des événements pour rassembler les gens (dans le respect de la distanciation sociale et des gestes barrières) autour de causes communes. Se mobiliser collectivement devient un vrai jeu d’enfant !

*financement participatif
**don de temps

 

Le caritatif et l'environnement au cœur des préoccupations

 

Aujourd’hui, des millions de Français s’engagent dans des associations et les causes sont variées. Le secteur social caritatif est majoritaire et concerne 30 % des bénévoles (3), les loisirs (couture, jardinage, bricolage, etc.) représente 23 % et le sport 21 % (clubs, organisation de compétition d’amateur, etc). La culture (danse, musique, théâtre, cinéma, lecture, etc.) ainsi que la jeunesse et l’éducation (soutien scolaire, préparation aux entretiens d’embauche, etc.) suivent de près et représentent 19 % et 17 % des bénévoles. Enfin, 12 % des bénévoles s’engagent pour la santé, et 11 % pour l’environnement.

L’environnement est d’ailleurs devenu un enjeu majeur surtout pour les jeunes qui, en 2019, se classe chez les 18-30 ans en tête des préoccupations (32 % des réponses) notamment devant le chômage (17 %).

 

4 Pourquoi s'engager ?

Aujourd’hui, 1 français sur 4 donne de son temps gratuitement à une association. Qu’est-ce qui les motive ? Les raisons sont nombreuses. Selon une étude de Recherches & Solidarités, voici 11 les différentes motivations des Français qui sont devenus bénévoles ou volontaires, et celles qui pourraient vous encourager à vous engager vous aussi (6) :

  • Être utile à la société et agir pour les autres
  • La cause défendue - L’épanouissement personnel
  • Le souhait de faire partir d’une équipe
  • Acquérir une compétence
  • L’envie d’exercer une responsabilité
  • Obtenir de la reconnaissance sociale
  • Mesurer l’impact de ses efforts

Les engagements possibles sont donc nombreux et les moyens d’agir accessibles à tous. Alors, choisissez la cause qui vous tient à cœur et lancez-vous !

 

Noter cet article :
Article suivant