Jeunes et emploi : “Le revenu représente la valeur de notre travail”

Dans le cadre de son baromètre mis en place avec la Fondation Jean-Jaurès et l’institut BVA, la Macif interroge la nouvelle génération sur sa vision de l'entreprise. Quelle place lui accorde-t-elle quand elle réfléchit à son avenir, à celui de sa vie professionnelle bourgeonnante ? A-t-elle le sentiment d’être différente de ses aînés ? Qu’est-ce qui la stimule, la rassure ou l’inquiète quand elle se projette professionnellement ? Comment ont évolué ses attentes en termes d’autonomie, de salaire et de sens ?

Temps de lecture : 10 min

à propos du contributeur

Usbek & Rica

Avec Usbek & Rica, L’Essentiel s'engage à documenter les tendances structurantes et émergentes.

Parole à Julie, Lyonnaise de 23 ans installée à Bordeaux, en fin de bachelor à l’Ecole supérieure des professions immobilières et exerçant son quatrième stage en agence. Face à elle, Joël a 23 années d’expérience dans l’immobilier à Montluçon et a évolué au sein de grandes agences jusqu’à devenir directeur. Suite au confinement, il est devenu indépendant.

Vous avez choisi de vous diriger vers l’immobilier, un secteur au fonctionnement très spécifique, le salariat y étant quasiment inexistant.

Julie : Exactement : quand vous entrez dans une agence, il y a un directeur possédant une « carte T » ce qui lui donne le droit d’effectuer des transactions immobilières et de créer une agence. Il est souvent entouré de six ou sept personnes. Les gens ont tendance à penser que ce sont des salariés, mais en fait il y a très peu de salariés dans les agences immobilières : ce sont des personnes qui veulent avoir un salaire fixe, mais gagnent beaucoup moins bien leur vie que ceux qui sont indépendants. L’agence immobilière prête le droit d’utiliser le nom de l’agence pour travailler, donc il n’y a pas de lien de subordination ou de lien hiérarchique. Pour ça, on lui donne [au directeur] une rémunération, à hauteur de 50 % de ce qu’on gagne, et on signe un contrat qui stipule qu’on est lié avec une seule agence. Cela crée quand même un lien fort avec le directeur d’agence, mais on ne peut pas se faire licencier : on a un lien de collaborateur.

43 % des jeunes

disent attendre prioritairement de leur travail qu’il leur assure un bon revenu. 1

Comme ces 43 % de jeunes, le salaire est-il important pour vous ?

Julie : Je me suis jamais dit « je veux gagner tant par mois », mais j’ai un rythme de vie où j’aime voyager, j’ai une voiture, j’aime partir en week-end, j’aime profiter. J’aimerais garder un niveau de vie proche de celui avec lequel j’ai grandi. C’est justement pour ça que j’ai décidé de faire des études : c’est pour avoir ma propre carte Transaction, et être autonome sans avoir à donner la moitié de mon argent à quelqu’un. En attendant, j’apprécie que la rémunération fonctionne à la commission. Je ne voulais pas être dans un mode de vie professionnel salarial. Travailler à la commission, ça veut dire que chaque mois, je gagne une somme différente : je peux ne rien gagner du tout, comme beaucoup d’argent, c’est le côté excitant du métier. Le côté challenge de la rémunération m’attire : si je ne me lève pas tous les matins avec la niaque, ça ne va pas venir tout seul.

53 % des jeunes

considèrent qu’en début de carrière, ils doivent avant tout gagner en expérience. 1

C’est un fonctionnement qui peut être très valorisant, mais qui pourrait aussi insécuriser plus d’un. Qu’est-ce qui vous attire dans le format de l’auto-entreprenariat que le salariat pourrait plus difficilement vous apporter ?

Julie : Je recherche la liberté de l’emploi du temps. J’aime bien la pédagogie de la personne pour qui je travaille en ce moment : il nous donne des objectifs quantifiés à accomplir dans la semaine, et il nous laisse organiser nos horaires comme on veut tant qu’on a rempli nos tâches le vendredi à 20h. Donc si je veux partir en week-end, rentrer le lundi soir et rattraper mon travail, personne ne viendra me dire quoi que ce soit. Je ne pars pas toutes les semaines, mais avoir la liberté de prendre un train sans avoir à demander à son boss si on peut partir le vendredi à 15h, ou même prendre un rendez-vous chez le médecin, c’est très pratique.

Joël : La première chose à laquelle j’aspirais en devenant indépendant, c’était de pouvoir être totalement libre de mon activité : gérer son temps comme vous le voulez, se payer le luxe de prendre le temps… Ensuite, j’apprécie de ne plus avoir de pression managériale de directeur, ni de travailler avec des supérieurs qui ne sont pas capables de vous mettre en valeur. Aujourd’hui j’ai choisi de faire mon travail librement, comme j’en ai envie, avec passion, sérénité, et à mon rythme.

12 % des jeunes

aimeraient télétravailler à temps plein, contre 42 % de temps en temps.1

Le bureau est-il un lieu qui vous est indispensable ?

Julie : De mon côté, je deviens complètement folle sans bureau ! J’ai fait l’expérience du télétravail à temps plein et je ne me suis vraiment pas sentie bien, je l’ai vu sur mon mental, sur mon envie de travailler, sur ma motivation, mes résultats… ça n’allait pas du tout. En revanche, j’aime bien couper la poire en deux : passer les matins à la maison et les après-midi au travail par exemple. Mais je sais que j’ai vraiment besoin d’aller au bureau tous les jours. C’est ambivalent, parce que d’un côté je veux être seule, ne pas avoir de patron, choisir mes horaires et mener mon chemin, mais d’un autre côté je suis jeune, j’ai besoin d’être accompagnée, il me faut de l’expérience et du réseau. Et puis, avoir des collègues c’est génial ! Ça permet de poser des questions, d’avoir des avis différents, de se rendre des services et de se soutenir. C’est pour ça que j’adore ce métier : on est auto-entrepreneurs, mais on a une équipe avec des intérêts communs, des réunions…

Joël : Ça peut être utile de prendre un peu de recul. J’ai découvert que je ne me sentais plus bien au travail en découvrant le télétravail au cours du premier confinement : subitement, je n’étais plus en contact avec certaines collègues qui me posaient des problèmes et avec lesquels je ne m’entendais pas. Mais je dois avouer que je ne suis pas un grand fanatique du télétravail : je défends ceux qui le pratiquent parce que tant mieux pour eux s’ils se sentent bien, mais personnellement, j’estime que mon travail doit rester en dehors de ma vie privée et familiale.

Lire aussi : « Les jeunes sont à la recherche d’une entreprise à taille plus humaine »

…et une ou un manager. Est-ce que vous appréciez d’avoir quelqu’un au-dessus de vous, et qu’attendez-vous d’elle ou de lui ?

Julie : J’ai eu quatre managers différents dans ma vie, et j’ai à chaque fois été agréablement surprise de leur bienveillance, de leur gentillesse, de la confiance qu’ils m’ont donnée rapidement, et surtout de la récompense. Toujours soutenir, dire quand ça va et quand ça ne va pas. Ils m’ont toujours beaucoup encouragée. Pour moi la bienveillance est très importante, j’ai besoin qu’on me dise : « allez tu essayes, et si ça ne va pas, ce n’est pas grave ». Ce côté rassurant, sans trop de pression, m’aide à évoluer dans mon travail. Pour les débuts, je pense que travailler avec quelqu’un est super enrichissant. Mais pour plus tard, si j’en ai marre ou qu’il se passe quelque chose, je sais que je peux être chef d’entreprise. Ce n’est pas pour tout de suite, mais dans 30 ans pourquoi pas.

Joël, vous avez vu passer de nombreux stagiaires et alternants de tous les âges. Avez-vous noté des évolutions dans leur rapport au travail au fil des générations ?

Joël : Dernièrement, j’ai trouvé les jeunes de plus en plus scolaires dans leur manière d’aborder les choses. Ils vont faire les tâches qu’on leur attribue de manière appliquée avec les informations données, mais sans se permettre d’ajouter une touche imaginative. À l'extrême, ils semblent un peu perdus quand on leur laisse trop de latitude, comme s’ils étaient dépassés par l’autorisation de faire comme ils le veulent. Pour moi, ça indique une frilosité à sortir de leur zone de confort. J’ai également noté que le contact humain ne s’acquiert que beaucoup plus tardivement chez les jeunes, ce qui est problématique dans un métier où il faut vraiment être très à l’aise avec les clients pour susciter leur confiance. Je pense que ces impressions viennent du fait que les jeunes voient d’autres priorités que leur travail. A mon avis, cela pourrait s’expliquer par le fait que les jeunes ont grandi avec l’image de leurs parents ayant travaillé toute leur vie, et peut-être pas dans un métier qui était plaisant. Peut-être que le travail ne leur a jamais été montré comme quelque chose d’enthousiasmant ! Et comment essayer de convaincre quelqu’un de faire quelque chose quand il a vu les précédents le faire avec peu d’envie ?

Considérez-vous que votre métier sert la société ?

Julie : J’ai choisi de me diriger vers un métier de service dans le haut de gamme, je sais que ce n’est pas un métier utile pour la société. Dans le passé j’ai déjà travaillé un peu dans la santé pour aider ma famille, et c’était très différent : j’allais au travail pour les gens, sans même savoir combien on me payait, je n’avais même pas posé la question ! Alors que dans l’immobilier, tout se base sur la rémunération, c’est le point central de la discussion. C’est vrai que le côté « social » peut risquer de me manquer à un moment, mais je dois dire que je ne me pose pas du tout la question pour l’instant. Je prends les choses comme elles viennent, avec une vision à un ou deux ans, et je me laisse toutes les options possibles : voyager, faire une année sabbatique, changer de métier, recommencer des études…

L’engagement d’une entreprise peut se traduire par divers aspects : les jeunes attendent en priorité d’une entreprise qu’elle s’attache aux problématiques environnementales et discriminatoires.

Joël : J’observe que les entreprises font de plus en plus d’efforts sur le plan écologique : chez nous, on fait attention aux dépenses énergétiques, comme nous faisons beaucoup de déplacements, beaucoup de personnes utilisent des véhicules électriques ou hybrides… On peut aussi intégrer ces problématiques au cœur du métier : quand je travaille sur des maisons où il y a des travaux et de la rénovation à faire, souvent on aborde les problématiques environnementales concernant le système de chauffage, l’isolation, les matériaux plus ou moins responsables… On fait les choses à notre échelle, même si on ne peut pas forcer les gens à recevoir notre discours. Aujourd’hui, je pense qu’une entreprise ne peut pas se permettre de passer à côté de ça.

Julie : Je sais que l’immobilier n'est pas un bon secteur d’un point de vue environnemental. Je me rassure en me disant que je fais de la transaction dans des bâtiments déjà construits : si je faisais de l’immobilier dans du neuf ou de la promotion, je ne m’y retrouverais pas. C’est l’un des secteurs qui pollue le plus, c’est affolant ! In fine, j’aimerais bien faire de la rénovation, redonner une deuxième vie à quelque chose : enlever les passoires thermiques, ça me parle pour l’avenir. Ça peut aussi passer par des petites choses. Par exemple, là où je travaille actuellement, nous avons un partenariat avec WWF qui nous a aidé à réduire le papier de manière très importante, on essaie de se déplacer à pieds autant que possible… En 2022, je pense qu’on doit se poser des questions sur la manière dont on pratique nos métiers.

Article suivant