Fact-checking : pour éviter l’hydrocution, faut-il digérer avant de se baigner ?

Pour profiter de l’été, gare à l’hydrocution. Ce refroidissement brutal peut entraîner une perte de connaissance dans l'eau et donc une noyade. L’éclairage du Dr Christine Lepourcelet-Talvard, médecin fédéral national de la Fédération Française de Natation.

Temps de lecture : 1 min

à propos du contributeur

Dr Christine Lepourcelet-Talvard

Médecin fédéral national de la Fédération Française de Natation

1 Une entrée progressive dans l’eau est-elle importante ?

Oui. « Le maître-mot, c’est de ne pas s’exposer en plein soleil, puis d’aller plonger tête la première dans l’eau froide », prévient le Dr Christine Lepourcelet-Talvard, médecin fédéral national de la Fédération Française de Natation. Ce plongeon risque de provoquer une hydrocution, qui est le résultat d’un choc thermique, soit la différence excessive entre la température extérieure et celle de l’eau. L’exposition prolongée au soleil avant de se baigner est donc dangereuse. « Pour éviter l’hydrocution, l’important c’est de ne rien faire en excès », souligne le médecin fédéral. Comme faire le lézard sur la plage pendant des heures ou laisser les enfants jouer en plein soleil. « Une entrée progressive pour s’habituer à la température de l’eau est primordiale. On commence par se mouiller la nuque et le ventre, les parties les plus difficiles à faire rentrer dans l’eau », préconise le médecin. On évite donc le plongeon brusque !

26

cas d’hydrocution ont donné lieu à une noyade en 2015. 20 ont été mortelles. (1)

2 Faut-il attendre de digérer avant d’aller se baigner ?

Oui et non. « Tout dépend de la teneur du repas. Si le repas est copieux et bien arrosé, cela impose un temps de digestion plus long qui va augmenter le travail cardiaque, la température du corps et accroître les risques de choc thermique en entrant dans l’eau. Mieux vaut donc manger léger, sans alcool et surtout ne pas rester exposé au soleil, ni faire un exercice physique intense avant de se jeter dans l’eau pour se rafraîchir », indique le Dr Christine Lepourcelet-Talvard. Le temps de digestion dépendant de ce que vous avez consommé pendant le repas, il est conseillé par sécurité de respecter la règle des trois heures de digestion avant de se baigner.

Envie de profiter des vacances ?

Le contrat Garantie Accident de la Macif vous préserve vous et votre famille en cas d’accident !*

3 Sauter dans l’eau brusquement après avoir bu de l’alcool est-il dangereux ?

Oui. Attention, l’alcool modifie la perception de la réalité et entraîne le sujet, dans un sentiment de toute-puissance, à prendre plus de risques. « L’ingestion de l’alcool, comme le repas copieux, provoque une augmentation de température corporelle, une dilatation des vaisseaux et par voie de conséquence, une augmentation du travail cardiaque : d’où les risques de choc thermique à l’entrée dans l’eau », conclut le Dr Lepourcelet-Talvard.

Bon à savoir

Quels sont les symptômes de l’hydrocution ?

Sachez que l’hydrocution n’est pas forcément brutale. Elle peut être annoncée par certains signes avant-coureurs. Soyez donc attentif à l’arrivée soudaine de maux de tête, de crampes musculaires, d’une sensation d’angoisse ou de fatigue, de frissons ou encore de démangeaisons en entrant dans l’eau : il s’agit peut-être d'une hydrocution…

Vous partez au bord de la mer ?

Révisez les règles de base de la baignade sécurisée pendant des ateliers animés en partenariat avec la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer). Retrouvez les rendez-vous près de chez vous sur Diffuz.

L'Essentiel de l'article
  • On évite de s’exposer entre 12 h et 14 h.
  • On entre progressivement dans l’eau.
  • On se protège contre le soleil : crème solaire, lunettes, chapeau, parasol, etc.
Article suivant