0
0 sur 5( 0 vote )
Gare à la noyade sèche.
Santé

Fact-checking : la noyade sèche existe-t-elle ?

102 min

à propos du contributeur

Pr Pierre Michelet

Spécialiste de la physiopathologie de la noyade

Marseille

L'essentiel de l'article

  • La noyade dite sèche est en fait une complication d’une noyade classique.
  • Après un accident aquatique, même léger, il faut rester vigilant : une toux incessante ou des lèvres bleues sont des signes d’alerte.
lire la suite
0
0 sur 5( 0 vote )

1 La noyade sèche est forcément précédée de signes annonciateurs

« La noyade sèche n’est pas un terme médical, insiste le Pr Pierre Michelet, spécialiste de la réanimation et de l’urgence. En 2005, les plus grands scientifiques mondiaux, se sont réunis, sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé, pour définir la noyade. Ce qui est nommé “noyade sèche” ou “noyade secondaire”, est en réalité une défaillance respiratoire due à une submersion ou une immersion dans un milieu liquide. »

Le syndrome de « noyade sèche » décrit dans les médias est forcément précédé de signes annonciateurs. Il peut intervenir suite à une noyade évitée à laquelle personne n’a fait attention par exemple et durant laquelle l’enfant aurait avalé une grande quantité d’eau.

2 Gare à la détresse respiratoire

« Il arrive, quand un enfant sort de l’eau après y être resté un peu trop longtemps, qu’il ait les lèvres, le nez, le bout des doigts ou les lobes des oreilles bleus. C’est ce qu’on appelle la cyanose. Ces signes peuvent indiquer que l’enfant a froid, comme le pensent régulièrement les parents, mais ils peuvent aussi révéler un manque d’oxygène, c’est-à-dire une hypoxémie. »

Il faut donc être prudent quand un enfant a bu la tasse, quand il sort de l’eau en toussant énormément, ou que les extrémités de son corps sont bleues, car il peut s’agir d’une détresse respiratoire qui risque de s’aggraver.

« Très souvent, c’est ce que l’on constate aux urgences. Les parents vous disent que l’enfant allait bien au début, qu’il ne faisait que tousser, explique le Pr Michelet. En fait, s’il toussait, c’est par ce qu’il avait de l’eau dans les poumons. »

Pour le médecin clinicien, il est important de pondérer les choses.

« En France, dans les piscines publiques et sur les plages, on a un maillage de secouristes professionnels qui connaissent parfaitement leur travail. Il ne faut pas hésiter à demander l’avis au professionnel sur place, qui donnera l’alerte si nécessaire. Si le doute persiste et que l’on est inquiet, il faut alors appeler le Samu pour être rassuré ou avoir recours à un médecin. »

Bon à savoir

On observe une augmentation des noyades accidentelles en 2018 par rapport à 2015 chez les enfants de moins de 6 ans (332 vs 180), mais pas des noyades suivies de décès (22 vs 23). La majorité des décès (77 %) a eu lieu en piscine privée familiale. (1)

Un pépin pendant les vacances ?

Le contrat Garantie Accident de la Macif vous préserve vous et votre famille des conséquences financières à la suite d’un accident* !

(1) Source : Santé Publique France, « Enquête NOYADES 2018 », 2018.

* Dans les conditions et limites du contrat souscrit.
Noter cet article :

Cet article...