5
5 sur 5( 1 vote )
Choisir sa contraception après la naissance d'un enfant
Couple

Après la naissance d’un enfant, quelle contraception choisir ?

1 min

à propos du contributeur

Antonin Jackal

Maïeuticien

Paris

L'essentiel de l'article

  • Attention aux idées reçues : après un accouchement : il est inutile d’attendre à nouveau vos règles pour reprendre une contraception.
  • Médecin traitant, gynécologue ou sage-femme : parlez-en lors de la visite postnatale.
  • Allaitement exclusif ou pas : choisissez une méthode adaptée à votre situation.
  • Les méthodes naturelles et l’allaitement comme choix contraceptifs : vigilance !
lire la suite
5
5 sur 5( 1 vote )

1 Quand reprendre la contraception après l’accouchement ?

L’ovulation reprend avant les premières règles

Chez la femme, les menstruations marquent la fin d’un cycle ovulatoire. Cela signifie qu’avant leur venue, l’ovulation a eu lieu avec la possibilité de tomber enceinte. Suite à l’accouchement, on considère que la date de la première ovulation reste aléatoire, voire imprévisible. Néanmoins, il est possible de se référer aux trois configurations suivantes :

  • En cas de non-allaitement ou en cas d’allaitement mixte : selon Antonin Jackal, maïeuticien, « il ne peut pas y avoir d’ovulation avant le 21e jour après la naissance de votre enfant. Les recommandations préconisent donc une reprise de la contraception dès la troisième semaine suivant la naissance d’un bébé ».
  • En cas d’allaitement uniquement au sein : une ovulation est rare, mais pas non plus impossible.

Pour Antonin Jackal, maïeuticien, l’allaitement peut avoir un effet contraceptif jusqu’à six mois après l’accouchement si :

  • l’allaitement est exclusif : pas de lait industriel ;
  • l’allaitement se fait de jour et de nuit, avec 6 à 10 tétées par tranche de 24 heures ;
  • les délais entre chaque allaitement ne dépassent pas plus de six heures la nuit et quatre heures le jour ;
  • l’aménorrhée est persistante, c’est-à-dire qu’il y a une absence totale de règles.

 

Avant le « retour de couches »

Selon la reprise de l’activité sexuelle après l’accouchement, il est vivement conseillé de ne pas attendre le fameux « retour de couches », c’est-à-dire les premières règles après l’accouchement, pour songer de nouveau à une méthode contraceptive.

Attention ! La période de reprise varie selon la méthode choisie : stérilet, pilule, préservatif...


Quand et avec qui en parler ?

Avant l’accouchement
Pourquoi ne pas profiter de la grossesse pour réfléchir à tout ceci ? En s’informant en amont auprès de sa sage-femme, de son gynécologue ou de son médecin traitant, il est sans doute plus facile de choisir la méthode contraceptive adaptée à sa situation, et de connaître toutes les éventualités lorsque le moment se présentera.

Après l’accouchement
Il est possible de se renseigner auprès de votre sage-femme au moment de la visite de sortie de la maternité (1) ou de votre médecin traitant ou votre sage-femme pour la visite qui a lieu huit jours après l’accouchement. Et à tout moment auprès de votre gynécologue !

Informez-vous en amont auprès de votre sage-femme, de votre gynécologue ou de votre médecin traitant.

Antonin Jackal, maïeuticien

Grâce au contrat Garantie Santé de la Macif, votre contraception peut être en partie remboursée.*

À l’heure actuelle, le DIU hormonal est la contraception la plus fiable.

Antonin Jackal, maïeuticien

La contraception par suivi de la courbe de température : un pari risqué !

L’ovulation entraîne une augmentation de quelques dixièmes de degrés de votre température. Ainsi, pour connaître vos jours d’ovulation, vous devez prendre votre température tous les matins au réveil, du premier jour des règles jusqu’au premier jour du cycle suivant. Lorsque celle-ci commencera à augmenter, c’est que l’ovulation s’est probablement enclenchée.

Mais pour Antonin Jackal, ce moyen de contraception n’est pas fiable et ne peut pas être utilisé avant le retour de couches :

« Il faudra attendre le deuxième, voire le troisième cycle dans certains cas, hors allaitement, pour que cela fonctionne. Mais son efficacité est faible et il faut une connaissance parfaite de son corps pour entreprendre de le faire. »

L’allaitement, contraceptif naturel ?

Lors de l’allaitement, les tétées du bébé déclenchent la sécrétion d’une hormone appelée prolactine, qui freine l’ovulation et diminue, de fait, la fécondité. Si l’allaitement est exclusif et à la demande – sans utilisation en complément de lait maternisé, la reprise des cycles d’ovulation peut être retardée de plusieurs mois. Il ne s’agit néanmoins pas d’une contraception fiable. C’est pourquoi il est recommandé d’avoir recours en parallèle à un autre moyen de contraception, si vous le souhaitez bien sûr.

Si vous n’allaitez pas votre enfant

En l’absence d’allaitement, la plupart des moyens de contraception habituels sont à votre disposition.

Les pilules microprogestatives peuvent être reprises à partir de trois semaines après l’accouchement, et les pilules combinées à partir de six semaines. Les patchs contraceptifs, quant à eux, peuvent être utilisés au bout d’un mois. Enfin, vous pouvez également avoir recours à un anneau vaginal.
Dans tous les cas, ces contraceptions doivent être prescrites par un médecin ou sage-femme, pour tenir compte des facteurs de risque qui ont pu évoluer pendant votre grossesse. Dans tous les cas, ne reprenez votre contraception d’avant grossesse sans en parler avec votre médecin ou votre sage-femme.


Si vous allaitez votre enfant

Si l’allaitement a un effet contraceptif naturel, celui-ci n’apporte pas toutes les garanties. En dehors des préservatifs, stérilets et implants contraceptifs, vous pouvez également envisager l’utilisation de pilules microdosées ou de pilules progestatives sans œstrogènes. Là encore, il est indispensable de consulter un médecin qui évaluera leur compatibilité avec votre état de santé.

Sources :

Inpes, Baromètre santé 2016 - Contraception

(1) Ameli.fr, « De retour à la maison »

* Selon les conditions et limites du contrat souscrit.
Noter cet article :

Cet article...