4
4 sur 5( 1 vote )
Acheter en vrac pour réduire sa consommation de déchets
Environnement

Objectif zéro déchet, zéro plastique

1 min

à propos du contributeur

Adeline Lavenu
Adeline Lavenu

28 ans, designer, bénévole à la Maison du Zéro Déchet

Paris

L'essentiel de l'article

  • Achetez au maximum vos denrées en vrac et en petite quantité pour limiter le gaspillage.
  • Remplacez les produits d’hygiène jetables par des équivalents réutilisables.
  • Donnez au lieu de jeter, et achetez plus souvent d’occasion.
  • Fabriquez votre propre lessive et passez au lombricompostage.
lire la suite
4
4 sur 5( 1 vote )

1 À la cuisine : passez-vous de plastique et optez pour le vrac et le lombricompostage

Avec 5 à 13 millions de tonnes de plastique qui finissent chaque année dans les océans (1), l’urgence de réduire nos déchets est plus que jamais d’actualité. Pour Adeline, bénévole à la Maison du Zéro Déchet, la prise de conscience a eu lieu il y a 5 ans :

« C’est une décision qui est venue par l’alimentation. Je fais régulièrement mes courses au marché et j’étais choquée par le gâchis de nourriture jetée en fin de marché. J’ai donc commencé à composter mes déchets alimentaires et à faire attention à ce que j’achetais, pour avoir toujours les justes quantités. »

Achetez vos aliments en vrac

Pour elle, l’achat en vrac est donc la base, ce qui implique de revoir certaines habitudes de shopping :

« Acheter en vrac, ça veut dire aussi que je ne fréquente plus les mêmes magasins qu’avant. Même si la grande distribution commence à se mettre à la vente en vrac, ça reste limité. Je fais donc principalement mes courses dans les petites épiceries et les magasins bio ou spécialisés, qui, certes sont parfois un peu plus chers, mais proposent plus de choix. »

Acheter en vrac nécessite donc d’investir dans des récipients qui remplaceront les emballages des produits alimentaires. Optez pour des bocaux en conserve, avec un joint en silicone, pour préserver vos denrées alimentaires à l’abri de l’humidité, de la poussière ou même des petites bêtes. Le verre est le meilleur contenant car il est durable, facile à nettoyer et non toxique. Pensez à stériliser les bocaux entre chaque utilisation : il suffit de les faire bouillir dans de l’eau. En choisissant des bocaux de verre, vous pourrez voir d’un simple coup d’œil vos aliments et ils apporteront une touche déco à votre cuisine ! Sinon, vous pouvez aussi recycler les pots de confiture…

Pensez également qu’acheter en vrac, demande un peu d’organisation : vous aurez peut-être besoin d’apporter vos récipients vides (bocaux, sachets…) pour les remplir. La plupart des magasins supermarchés et épiceries bio proposent néanmoins des sachets en papier sur place. Le tout est ensuite payé au kilogramme en caisse.

    J’achète en vrac tout ce qui peut l’être, comme le café, les pâtes, le riz, les céréales, les légumes et fruits secs, les épices...

    Faire un compost facilement !

    La deuxième étape menée par Adeline pour réduire ses déchets a été de mettre en place un compost. Vivant en ville, elle s’est tournée vers une solution de lombricompostage. Le principe est simple : des lombrics (vers de terre) enfermés dans une boîte décomposent les déchets alimentaires tels que les épluchures de fruits et légumes, les coquilles d’œuf, le pain ou encore le marc de café. Ils circulent dans plusieurs tamis empilés les uns sur les autres, pour arriver à un compost directement utilisable. Ces lombricomposteurs peuvent s’acheter tout prêts, mais vous pouvez aussi les fabriquer vous-même !

    « Ça n’a rien de compliqué, mais si on ne sait pas par où commencer, on peut se faire aider », explique Adeline. « Je suis bénévole à La Maison du Zéro Déchet, à Paris, et nous conseillons justement les personnes qui souhaitent se lancer. Beaucoup de gens sont intéressés mais ne savent pas comment faire ou sont un peu rebutés à l’idée d’avoir chez eux une boîte pleine de petits vers. Mais dès qu’on leur montre comment ça marche, ils sont rassurés ! Il y a aussi de plus en plus de blogs consacrés au lombricompostage. »

    Vous souhaitez agir pour l’environnement ?

    Rendez-vous sur Diffuz.com, la plateforme solidaire de la Macif ! Vous pourrez y découvrir les défis solidaires près de chez vous.

    Réduire ses déchets, c’est une démarche globale qui s’installe petit à petit.

    3 Dans la chambre et le salon : troquer, donner, recycler

    Pour tout le reste, il y a deux moyens efficaces de jeter moins : acheter moins, et donner ou recycler plus.

    « J’achète moins de vêtements qu’avant, et je vais plus souvent dans les friperies : ne pas acheter neuf, c’est éviter déjà des déchets », recommande Adeline. « J’ai aussi créé un système de troc qui marche très bien avec mes collègues car on s’est toutes rendu compte qu’on avait beaucoup de choses qu’on ne portait pas. Et tout ce dont je ne me sers plus, je le donne à Emmaüs : vêtements, livres, téléphones… Il y a beaucoup de points de collecte, qui garantissent la réutilisation des produits ou un recyclage optimal. »

    Pour Adeline, tout le monde peut s’y mettre, de façon progressive.

    « L’idée n’est pas de revenir à l’âge de pierre mais d’entamer une démarche globale et progressive : on fait plus attention à ce qu’on achète, où on l’achète, en quelle quantité, etc. Au final, on fait pas mal d’économies parce qu’on achète moins sans avoir l’impression de se priver. À chacun de trouver ses solutions en fonction de ses besoins et de ses contraintes ! »

    La Maison du Zéro Déchet

    La Maison du Zéro Déchet est une association gérée par des bénévoles. Implantée rue Charles-Nodier à Paris, elle propose une partie boutique (kits de fabrication de lessive, bentos, sacs de vrac réutilisables, couches lavables, etc.) et une partie atelier pour apprendre les bons gestes pour réduire ses déchets.

    Sources :
    (1)Ministère de la Transition écologique et solidaire, 2018
    * Ademe, Les déchets, édition 2016.

     

    Noter cet article :

    Cet article...