Mal de dos : qui consulter ?

Plus de 6 Français sur 10 ont souffert du dos ces douze derniers mois (1). Ostéopathe, masseur-kinésithérapeute, chiropraticien, rhumatologue : chacun cherche les « bonnes mains » qui sauront atténuer sciatiques et lombalgies. Tour d’horizon des différentes pratiques.

Temps de lecture : 1 min

1 Le médecin généraliste

Si vous n’avez jamais consulté de spécialiste auparavant, le premier réflexe est de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant. Le médecin généraliste reste celui qui connaît le mieux son patient, son dossier médical et ses antécédents. Il établit un premier diagnostic au terme d’un interrogatoire précis et d’un examen clinique attentif.

Selon la typologie de la douleur, des examens médicaux complémentaires peuvent être prescrits ou la recommandation de séances de soins chez l’un de ses confrères spécialistes.

En cas d’urgence médicale seulement, contactez SOS Médecin au 3624, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

Numéro 2

C’est la place du mal de dos dans les motifs de consultation des médecins généralistes en France.*

2 Les spécialistes : à chacun son approche

Si elle disparaît spontanément dans la grande majorité des cas, il arrive parfois que la douleur perdure. Qualifiée alors de « douleur chronique », c’est à ce stade que le praticien spécialiste intervient.

Ostéopathes, masseurs-kinésithérapeutes, rhumatologues, chiropracteurs… Tous apportent des solutions différentes. En vous prescrivant des examens, le médecin généraliste saura vous orienter vers le spécialiste adapté à votre pathologie.

L’ostéopathe

L’ostéopathie consiste en une approche dite « holistique », c'est-à-dire que la douleur peut venir de plusieurs endroits dans le corps et qu'ainsi il ne faut pas uniquement concentrer les efforts de soins sur la zone douloureuse (3).

Vous êtes adhérent Macif ?

Le contrat Garantie Santé Macif vous propose, selon les formules, un remboursement forfaitaire pour vos séances d’ostéopathie et d’acupuncture.**

Le mal de dos peut être lié à un stress physique, psychique, voire émotionnel. De par son approche holistique, l’ostéopathie cherche à rétablir un équilibre pour être en bonne santé.

Pierre, ostéopathe à Lyon

L’ostéopathe travaille non seulement sur la colonne vertébrale, mais aussi sur les articulations, les ligaments, les muscles et même le crâne. Il a recours à des massages et des manipulations, le plus souvent en douceur.

À retenir : un ostéopathe peut tout à fait être consulté en première intention.

Les séances durent environ 45 minutes. Il faut prévoir deux à trois séances pour un mal de dos sans complication.

Plus de 31 500

porteurs du titre d'ostéopathe en France (4). Un chiffre en constante augmentation depuis 10 ans. 61 % sont ostéopathes, 32 % masseurs-kiné ostéopathes et 5 % médecins ostéopathes.

Le chiropracteur

La chiropracteur, à l’inverse de l’ostéopathe, exerce des manipulations presque uniquement au niveau de la colonne vertébrale. Celles-ci agissent sur le système nerveux de manière bénéfique. Vous devriez dès lors retrouver un bien-être général.

Deux à trois séances suffisent à traiter un trouble dorsal léger.

Le saviez-vous ?

Pour devenir chiropracteur ou chiropraticien, il faut obtenir un diplôme sanctionnant près de six années d’études à l’Institut franco-européen de chiropraxie.

Le rhumatologue

Le rhumatologue est un médecin spécialiste. Il pourra effectuer un diagnostic à propos de douleurs et maladies des os, de la colonne vertébrale, des muscles et des articulations. Après examens, le rhumatologue vous orientera dans un second temps vers différentes solutions de guérison : séances de kiné, cure thermale, médicaments…

Consultez ce spécialiste si vous souffrez d’un mal de dos persistant ou si les médicaments antalgiques ne font pas d’effets.

Le masseur-kinésithérapeute

La kinésithérapie a tendance à travailler spécifiquement sur la région concernée par la souffrance.
Sorte de « gymnaste médical », le masseur-kinésithérapeute cherche à obtenir une amélioration de l’état physique en se concentrant sur l’assouplissement des articulations et des muscles et sur le renforcement musculaire.
On y pratique souvent des exercices pour apprendre à mieux maîtriser ses mouvements et à utiliser les possibilités de sa colonne vertébrale.
Le kinésithérapeute est en effet le plus « rééducateur » comparé à l’ostéopathe ou le chiropracteur : elle/il permet d’effectuer des exercices pour se muscler le dos.

L’acupuncteur

L’acupuncture existe depuis plus de 5 000 ans. C’est une branche de la médecine traditionnelle chinoise.

L’acupuncteur pique le corps, à l’aide de fines aiguilles, et ce en des points très précis. Cette technique stimule la sécrétion d’endorphine. Suite à une séance d’acupuncture, vous vous sentirez sans doute dans une sensation de bien-être, voire d’euphorie.

L’acupuncture est intéressante pour soulager la douleur.

Attention : vérifiez bien que le médecin travaille dans une hygiène irréprochable : aiguilles jetables, désinfection, etc.

Le saviez-vous ?

Aussi appelée « hormone du bonheur », l’endorphine est une substance naturelle sécrétée par l’hypophyse, qui lutte contre la douleur.

3 Quels remboursements sont pris en charge pour le mal de dos ?

Le remboursement des consultations par l’Assurance maladie varie selon le praticien concerné.

Concernant la partie complémentaire santé, vous pouvez regarder le forfait choisi sur votre contrat de mutuelle.

  • L’ostéopathe : tarifs libres, dans une fourchette de 50 à 100 euros, non remboursés par l’Assurance maladie.
     
  • Le chiropracteur : tarifs libres, de 50 à 80 euros. Non pris en charge par l’Assurance maladie.
     
  • Le rhumatologue : remboursement par l’Assurance maladie à hauteur de 70 % (si vous suivez bien le parcours de soins).
     
  • Le masseur-kinésithérapeute : remboursement à 60 % par l’Assurance maladie.
     
  • L’acupuncteur : la Sécurité sociale rembourse 70 % des frais de consultation, mais sur la base du tarif conventionnel des médecins généralistes.
* Dans les conditions du contrat souscrit.
L'Essentiel de l'article
  • Le médecin traitant : pour une première orientation médicale.
  • Spécialiste : un choix avant tout personnel selon sa pathologie.
  • Ostéopathe, rhumatologue, chiropracteur, masseur-kinésithérapeute et acupuncteur : des approches du corps différentes et des méthodes spécifiques pour soulager la douleur.
  • Prise en charge des frais par l’Assurance maladie pour la plupart. Les complémentaires santé proposent un renfort « médecine douce ».
Article suivant