« Nos usagers peuvent venir cueillir eux-mêmes leurs fruits et légumes près de chez eux. »

La ferme urbaine Le Champ des possibles applique la permaculture pour faire renaître la nature au cœur de l’agglomération rouennaise. Un projet environnemental et humaniste qui encourage les habitants à changer leurs habitudes de consommation et fait évoluer le visage de la ville.

Temps de lecture : 6 min

à propos du contributeur

Karen Yvan

Coordinatrice de la ferme urbaine Le Champ des possible

Rouen

1 Qu’est-ce qui distingue la permaculture de l’agriculture traditionnelle ?

Karen Yvan, membre de la ferme Le Champ des possibles. La permaculture est une agriculture agroécologique : elle ne détruit pas l’environnement et n’épuise pas les sols comme les productions classiques. Mais en plus, elle agit de manière à ce que ceux-ci soient résilients, c’est-à-dire capables de s’enrichir et de se régénérer par eux-mêmes. En somme, l’enjeu est de mettre en place des systèmes imitant l’écologie naturelle.

Nous devrions également obtenir le label bio cet été. Nos produits auront ainsi une traçabilité qui est très importante pour les consommateurs.

2 Comment peut-on produire sans impact sur l’environnement ?

K. Y. Nous récréons des écosystèmes qui fonctionnent au plus près de ce qui se passe dans la nature. Ils sont donc durables et résistants quels que soient les aléas climatiques ou les maladies.

Concrètement, nous travaillons beaucoup sur les sols : ils doivent être vivants pour bien assurer leur fonction nourricière sans apport extérieur. Nous évitons donc le labour pour ne pas tuer les vers et autres « habitants » qui œuvrent à sa régénération permanente. On paille les sols pour garder la fraîcheur naturelle en été, et on laisse sur place. Avec la décomposition, de la matière organique vient enrichir le sol. Ça nous permet aussi d’économiser l’eau et d’éviter au maximum le désherbage, qu’on fait manuellement.

CONNAISSEZ-VOUS LES TIERS LIEUX

A DIMENSION SOCIALE ?

Pour les découvrir, rendez-vous sur le site de MaFondation.

3 Quels sont les freins à la mise en œuvre des principes de la permaculture ?

K. Y. La difficulté principale est qu’il faut beaucoup expérimenter, car il faut tester toutes les interactions entre les plantes, les animaux, le climat, la terre… Les espèces doivent se protéger entre elles. Il y a aussi le travail manuel : comme on limite l’utilisation des machines fonctionnant aux énergies fossiles, le travail se fait « à l’huile de coude ».

50 €/m2

C’est le chiffre d’affaires constaté en permaculture bio lors d’une étude de l’INRA en 2016.*

4 Comment se passe l’intégration d’une ferme dans le tissu urbain ?

K. Y. Cultiver en milieu urbain implique de petites surfaces, 7 000 m2 pour nous. En revanche, nous densifions au maximum, avec une biodiversité optimisée : plantes aromatiques, fruits, légumes, fleurs… Car on l’oublie souvent, de nombreuses fleurs peuvent être mangées ! Bref, tout l’inverse de la monoculture : nous pratiquons un maraîchage diversifié, à échelle humaine, avec des débouchés locaux.

C’est très important dans notre approche, car notre objectif est aussi d’encourager la diversité alimentaire auprès de nos publics. Deux fois par semaine, nous faisons des ventes à la ferme et nous avons un partenariat avec une AMAP et des commerçants locaux.

À terme, nous espérons vendre aussi à des restaurants de la région pour toucher un maximum de gens. Toutes ces interactions sont nécessaires pour promouvoir la permaculture et détricoter le mythe que ce serait une alimentation de « bobos ».

Beaucoup de gens découvrent avec bonheur qu’il est très facile de faire une soupe !

Karen Yvan, coordinatrice de la ferme urbaine Le Champ des possibles

5 En plus des fleurs et des légumes, vous cultivez donc aussi le lien social ?

K. Y. Tout à fait ! Nous animons des ateliers culinaires pour réapprendre aux consommateurs à cuisiner simplement les légumes et leur en redonner le goût en montrant comment ils sont cultivés, d’où ils viennent, etc.

C’est une approche qui marche très bien dans les quartiers, car on privilégie l’appropriation personnelle : qu’est-ce que je peux faire avec ces légumes en fonction de mes goûts et de mes capacités ? Beaucoup de gens découvrent avec bonheur, par exemple, qu’il est très facile de faire une soupe ! Nous nous amusons à comparer ensuite avec des soupes achetées en supermarché : que ce soit sur le goût comme sur le prix et la composition, le verdict est sans appel ! Changer l’agriculture passe aussi par le changement des comportements alimentaires et la façon dont on achète ce qu’on mange. Tout est lié…

6 La permaculture serait-elle l’avenir des villes ?

K. Y. Il faut en effet changer le visage des villes pour les reconnecter à la nature. Nos usagers peuvent venir cueillir eux-mêmes leurs fruits et légumes près de chez eux. C’est une expérience qu’ils apprécient, adultes comme enfants. Nous accueillons aussi des groupes scolaires à la ferme pour leur faire découvrir ce grand jardin productif.

C’est un lieu humain, beau, où l’on a envie d’être, tout simplement ! En ville, ça ne va pas de soi… C’est aussi une façon d’éveiller des vocations chez les jeunes : être maraîcher en ville n’a rien à voir avec le métier d’agriculteur au sens traditionnel, à la campagne. C’est une nouvelle pratique du métier qui est très attractive. Installer des fermes en ville est capital pour toutes ces raisons.

L'Essentiel de l'article
  • La permaculture est une agriculture durable.
  • Elle recrée artificiellement des écosystèmes aussi proches que possible de la nature.
  • L’utilisation des machines motorisées est limitée au strict minimum.
  • La production est vendue en circuits courts.
Article suivant