Vocations d’avenir : Julie, 26 ans, aide les jeunes femmes à choisir leur futur

Parce que le futur appartient à ceux qui s’en emparent tôt, la parole est aux jeunes. Océane, Ahmet, Julie et Thibault cherchent à donner du sens à leur métier et à imposer leurs propres codes dans le monde du travail. Troisième épisode avec Julie de Araujo, formatrice pour réduire les inégalités.

Temps de lecture : 3 min

à propos du contributeur

Usbek & Rica

Usbek & Rica et L'Essentiel par Macif ont rencontré 4 jeunes pour parler de leur vocation pro.

À 26 ans, Julie de Araujo propose aux jeunes femmes une formation sans stéréotype de genre, qui démystifie les métiers techniques du numérique, encore largement réservés aux hommes. Une formation qu’elle n’a elle-même pas reçue : dès l’école primaire, on attend d’elle un amoureux - alors qu’elle a une amoureuse - et adolescente, sa pratique professionnelle du tennis la confronte à l’injustice face à ses pairs masculins, mieux récompensés à performance égale. Quand elle rejoint l’IEP de Lyon, elle acquiert des clés de lecture pour comprendre ce qu’elle a vécu. « Moi qui n’ai pas reçu d’éducation non-genrée, j’ai découvert par le biais de mes cours de sociologie, à niveau post-bac, comment fonctionnait la société qui m’entourait. Ça a mis en lumière tout ce que j'avais expérimenté dans le cadre du sport et lors de mon coming out. À ce moment-là, ma conscience citoyenne s’est éveillée ».

S'engager pour les autres

Dès ses 18 ans, Julie s’engage : en parallèle de ses études, elle rejoint l’association Le Refuge, qui protège, héberge et accompagne les jeunes LGBT exclus du domicile familial parce qu’ils sont homosexuels ou trans. « Je me suis tout simplement pointée à une réunion de nouveaux bénévoles, et rapidement on m’a fait confiance. J’avais beaucoup de temps à donner, donc j’ai pris des responsabilités et développé le volet de l’intervention en milieu scolaire ». Elle vit son expérience associative comme une seconde formation à côté de ses cours. « Je travaillais pour l’association tous les weekend, toutes les semaines : j’avais vraiment une double vie ». Elle travaillera plus de cinq ans pour l’association.

Donner la place aux femmes dans le monde du numérique

Entre-temps, Julie débarque dans la vie active à la recherche d’un poste. Tout naturellement, elle se tourne vers l’économie sociale et solidaire et rejoint l’association Objectif pour l’Emploi, qui défend l’orientation professionnelle des femmes. « En capitalisant sur les années passées au Refuge, j’ai facilement trouvé du travail dans ce milieu. J’ai été embauchée en contrat court, et j’ai par la suite créé mon CDI de Chargée de Développement Orientation et Égalité en initiant et finançant le programme Ell’oweb ». À l’époque, Julie a déjà son BAFA et une appétence naturelle pour l’animation auprès du jeune public. À travers le dispositif, Ell’oweb, Julie propose aux lycéennes des ateliers d’initiation aux sujets et métiers du numérique (code, intelligence artificielle, cybersécurité, etc.).

« Selon d’où l’on vient, on n’a pas tous les mêmes clés de compréhension du monde. S’il y a bien un endroit où tout le monde passe, c’est l’école : c’est donc l’endroit parfait pour transmettre les bases de la tolérance ».

Julie de Araujo

« Je n’ai aucune formation technique ni culture numérique préalable. À l’école, je fuyais les cours sur le sujet car j’étais moi même enfermée dans une certaine représentation de la technologie. Quand j’ai découvert les métiers de l'ingénierie avec l’association, j’ai pris de plein fouet mes idées reçues et j’ai décidé de faire quelque chose ». Parce qu’elle n’envisage pas que la moitié de la population se prive de ces métiers d’avenir, Julie travaille quotidiennement pour gonfler le faible 11% de femmes qui travaillent dans le secteur du numérique. Jusqu’à former les enseignants et conseillers d’orientation eux-mêmes. Mieux encore, elle initie les jeunes filles à la traque des biais induits par les nouvelles technologies. « En leur faisant créer un jeu pierre-feuille-ciseau avec la machine, ou en faisant des tests de recherche homme/femme dans les moteurs de recherche, on leur montre que les machines ne sont pas vraiment “intelligentes” et que les algorithmes peuvent reproduire ou engendrer des biais, notamment sexistes ».

Forte de son succès, Julie cherche aujourd’hui à étendre le programme au niveau national.

Article suivant