Le vélo électrique, un véhicule de feignant ?

Vous pédalez, le rouge vous monte aux joues et des auréoles se dessinent sur votre chemise, quand soudain ils vous narguent. Qui ? Ces cyclistes assis sur leur vélo à assistance électrique (VAE) qui n’ont même pas les signes avant-coureurs d’une goutte de sueur. Seraient-ils de gros paresseux ?

Temps de lecture : 1 min

Près de 340 000 vélos électriques ont été vendus en France en 2018, soit 21 % de plus qu’en 2017 (1). Ce raz-de-marée de deux roues électriques faisant partie des nouvelles mobilités alternatives est-il une bonne nouvelle ou le début de la fin pour les amoureux du vélo traditionnel ?

Envie de tout savoir sur le vélo à assistance électrique ?

Cliquez ici.

1 Pédaler assisté, c'est tricher !

Le vélo électrique ou VAE (vélo à assistance électrique) n’est pas une moto mais bien un vélo : pour avancer il faut pédaler ! Le niveau d’assistance est parfois modulable (léger, moyen, fort), mais quoi qu’il en soit, il faudra toujours fournir un effort pour faire tourner les roues. Et si le moteur donne un coup de pouce appréciable en côte, il peut être désactivé sur le plat ou en descente (et oui, on peut aussi pédaler en descente).

2 Ils ne manquent pas d'air !

C’est scientifiquement prouvé : le VAE est bon pour votre petit cœur, votre souffle, mais aussi votre niveau de stress (2)… En bref, c’est bon pour votre santé. Les bénéfices santé seraient même largement supérieurs à ceux de la marche sur le plat(2), et assez proches de ceux du vélo « sec » car utilisé sur de plus longues distances(3). Et si on l’utilise tous les jours, par exemple pour aller travailler, l’avantage santé est durable, avec une baisse notable des risques de maladies cardiovasculaires et de certains cancers (4).

3 Ils n'ont rien dans les jambes !

Le vélo tradi, c’est bien joli quand on habite sur l’île de Ré, mais quand il faut grimper les côtes de Montmartre ou celles d’Auvergne, on rigole moins. Le VAE a l’énorme avantage de permettre de circuler facilement à vélo y compris sur des parcours escarpés. Comme on force moins, on peut pédaler plus longtemps : une excellente nouvelle pour tous ceux qui habitent à plus de 10 ou 15 kilomètres de leur travail. Et bien sûr, le VAE est aussi plus rapide, surtout en côte, même s’il est
« bridé » à 25 km/h en France. Le VAE a fait exploser le nombre de vélotaffeurs (1), bien contents d’arriver au boulot avec une chemise sèche.

4 Ils font semblant de faire du sport !

Plus démocratique que le vélo sec qui demande un effort plus soutenu, le VAE aide les personnes éloignées du sport à se (re)mettre en selle. Que l’on soit âgé, en surpoids, diabétique ou même atteint d’un cancer, le vélo électrique est bon pour tout le monde !

5 Ils encombrent les pistes cyclables

Les puristes aux mollets épilés et culotte en Lycra peuvent toujours se moquer, la réalité reste la suivante : un VAE en plus dans les rues, c’est peut-être une voiture qui pollue en moins. Choisir le VAE pour ses déplacements quotidiens, c’est faire du bien à la planète et se faire du bien à soi. Et c’est aussi découvrir la ville autrement, narguer les automobilistes coincés dans les embouteillages, déjouer les aléas des transports en commun, crâner avec un joli casque et rejoindre la cyclosphère des vélotaffeurs sur Twitter pour impressionner lors de dîners. Alors feignant ou pas, qui s’en fiche ?

Vous êtes un(e) adepte du VAE ?

Soyez couvert en cas de dommage avec la responsabilité civile obligatoire comprise dans l’assurance Auto Macif.

Infographie vélo

 

L'Essentiel de l'article
  • Le VAE a des bénéfices pour la santé proches de ceux du vélo sans assistance.
  • Le VAE permet de parcourir de plus grandes distances.
  • Le VAE est meilleur pour la santé que d’autres moyens de transport durables comme le covoiturage ou les transports en commun.
Article suivant