0
0 sur 5( 0 vote )
Le plancher vibrant permet aux sourds et malentendants de ressentir le rythme de la musique, lors de concerts par exemple.
Handicap

Sourds et malentendants : comment perçoivent-ils la musique ?

4 min

L'Essentiel de l'article

  • Les sons environnants ne stimulent pas seulement les tympans des oreilles, mais le corps entier.
  • Il existe des objets connectés qui permettent de se déplacer tout en percevant les vibrations de la musique.
  • Certaines interprétations artistiques permettent de traduire la musique en images.
lire la suite
0
0 sur 5( 0 vote )

« Je suis sourd de naissance. Appareillé depuis l'âge de 2 ans. J'ai une surdité sévère à profonde », indique Vivien Laplane, 38 ans, habitant à Chaponost, dans le Sud-Ouest lyonnais.

Comme Vivien, un bébé sur 1 000 naît sourd, selon la Fédération nationale des sourds de France. Un handicap invisible encore méconnu du grand public, et pour lequel l’accès à la culture musicale est parfois difficile. Pourtant, « les sourds peuvent percevoir des émotions en écoutant de la musique car ils ressentent les vibrations des sons graves », explique Marie-Charlotte Carboni, coordinatrice de projets au sein de l’association Quest’Handi. Celle-ci œuvre pour l’accessibilité des événements culturels aux personnes en situation de handicap, partout en France.

Couplés au visuel, qui aide aussi à ressentir ce qui se joue sur scène, plusieurs dispositifs existent aujourd'hui afin de permettre aux personnes avec un handicap auditif d’accéder aux événements culturels et de loisirs. Petit tour d’horizon.

1 Le plancher vibrant

« J'ai pu expérimenter divers dispositifs pour ressentir la musique, notamment le plancher vibrant qui permet d’établir un lien entre son et vibration au niveau des pieds », indique Vivien Laplane. « L’expérience était troublante car je ressentais les ondes sonores de la musique en même temps que j’entendais avec mon appareil. L'idéal est de retirer son appareil auditif pour vivre pleinement les émotions par les vibrations », poursuit-il.

Sur le même principe que les planchers vibrants, les colonnes dites RSC (récepteurs somesthésiques collectifs) retransmettent les ondes vibrantes de la musique au public composé de personnes sourdes et/ou malentendantes. « Un haut-parleur est situé à l’intérieur d’une colonne en PVC de 3 mètres de haut, et retransmet la musique en la faisant vibrer. Par apposition des mains ou d’une autre partie du corps sur la colonne, les sourds ou malentendants peuvent ressentir la musique lors d’un concert par exemple », explique la coordinatrice de projets de Quest’Handi.

2 Des récepteurs en forme de vêtement ou de sac à dos

Si les objets connectés offrent de l’autonomie aux personnes âgées ou en situation de handicap, ils permettent aussi d’accéder à la musique, à l’instar de la veste ou du sac à dos vibrant. Ces équipements sont ainsi dotés de transmetteurs de vibrations modulées selon l’intensité de la musique. Ces dernières sont notamment plus intenses pour les basses. « Les sacs à dos vibrants peuvent se porter sur le dos ou le ventre pour stimuler et ressentir la musique via différentes zones du corps », explique Marie-Charlotte Carboni.

« Légers et mobiles, ils sont également plus pratiques et moins stigmatisants que les colonnes vibrantes », glisse Vivien Laplane. En effet, ils permettent de se balader librement pour vivre pleinement l’ambiance d’un festival, par exemple. « Ils sont principalement destinés aux personnes sourdes ou malentendantes, mais peuvent aussi être une façon de découvrir la musique autrement pour des personnes dites entendantes », ajoute Marie-Charlotte Carboni.

3 Les boucles à induction magnétique

La boucle à induction magnétique est un dispositif à destination d’un public malentendant appareillé. Elle crée un champ magnétique à l’intérieur duquel la personne reçoit le son de la musique ou d’un discours directement sur son appareil. « Selon un périmètre défini, ce dispositif permet ainsi à la personne de ne pas entendre les bruits dits parasites. C’est intéressant car elle entend que ce qui sort de scène, mais pas le brouhaha avoisinant », souligne Marie-Charlotte Carboni. Sur le même principe, il existe des boucles magnétiques individuelles. « Les personnes mettent autour de leur cou un boîtier relié à un ampli. La personne peut donc se placer où elle veut et profiter d’un événement avec un proche entendant, par exemple. »

4 Le chansigne, ou la chanson en langue des signes

Le chansigne consiste à interpréter les paroles d’une chanson avec son corps. « Il ne s’agit pas d’une traduction littérale, précise Marie-Charlotte Carboni. Il s’agit d’un travail d’expression artistique et d’adaptation de la musique en gestes pour lui donner une dimension visuelle. L’idée est d’interpréter la chanson en langage des signes, en y intégrant du rythme, des jeux de mots ainsi que de la poésie. » De plus en plus d’artistes adoptent le chansigne lors de leurs concerts. Une traduction chorégraphique très utile pour les sourds et malentendants, qui leur permet d’apprécier la beauté du spectacle comme tout le monde.

Le saviez-vous ?

La langue des signes n'est pas universelle

Comme pour le langage parlé, la langue des signes diffère d’un pays à un autre selon la culture. En effet, les gestes varient en fonction des régions et évoluent dans le temps. On recense ainsi environ 200 langues des signes à travers le monde.

Source :
(1) UNSAF, Déficits auditifs en France, 2017
Noter cet article :