4.1
4.1 sur 5( 8 votes )
Un jeune couple s’enlace.
Santé

Séropositivité : peut-on vivre avec le VIH ?

2 min

L'Essentiel de l'article

  • Vous pouvez stopper l’évolution et la transmission du VIH grâce à des traitements (antirétroviraux et trithérapie).
  • Vous pouvez faire un enfant en étant séropositif sans transmettre le virus.
  • Vous n'êtes pas tenu d'informer votre employeur de votre séropositivité.
  • Vous ne pouvez pas transmettre le VIH par des gestes simples du quotidien (bise, poignée de main, en préparant à manger, etc.).
lire la suite
4.1
4.1 sur 5( 8 votes )

Alors que vous découvrez votre séropositivité, les interrogations sont nombreuses : comment va se passer votre vie ? Comment l’annoncer à vos proches ? Pourrez-vous avoir des enfants ? Pourrez-vous continuer à avoir des rapports sexuels ? Devez-vous en avertir votre employeur ? Est-il possible de continuer à voyager ? Autant de questions qui trouvent réponses et vous montrent qu’il est possible de vivre avec le VIH.

1 Vivre longtemps avec le VIH, c’est possible

Il n’existe pas de traitement pour guérir le VIH car il fait partie des infections sexuellement transmissibles dites « chroniques ». Mais, certains médicaments permettent de stopper l’évolution du virus dans votre corps et donc de vivre aussi longtemps qu’une personne non porteuse du virus, et en bonne santé. Sachez également que le traitement contre le VIH doit être pris le plus rapidement possible après la contamination et le dépistage, pour lui laisser le moins de temps possible pour attaquer votre organisme, et donc affaiblir votre système immunitaire.

Ces médicaments dits antirétroviraux (1) agissent en bloquant la progression du VIH dans l’organisme. L’objectif du traitement est de diminuer fortement votre charge virale (quantité de VIH dans le sang) afin de la rendre « indétectable », c’est-à-dire qu’elle n’est même plus quantifiable lors de vos tests sanguins. Ainsi, non seulement le virus n’évolue plus, mais il n’est plus transmissible à vos partenaires lors de vos relations sexuelles, même non protégées d’un préservatif.

À l’inverse, sans traitement, le VIH attaque progressivement votre système immunitaire, le rendant de plus en plus faible et inapte à protéger votre corps des maladies extérieures dites « opportunistes » (pneumonies, cancers, maladies neurologiques, etc.). Sans traitement, vous pouvez alors devenir malade du sida (syndrome d’immunodéficience acquise). Toutefois, plus le diagnostic est précoce, plus l’espérance de vie d’une personne séropositive (porteuse du virus) s’approche de celle d’une personne séronégative (2). C’est pourquoi vous faire dépister du VIH après chaque rapport à risque est primordial pour mettre en place un traitement le plus rapidement possible en cas de séropositivité avérée.

 

 

Utiliser un préservatif permet de se protéger du VIH.

 

Le saviez-vous ?

Solidarité Sida, association soutenue par la Macif, est à la fois acteur de prévention, organisateur d'événements – dont le festival de musique Solidays – et partenaire d'associations communautaires à travers le monde. Elle a pour vocation d’accompagner les malades et leurs familles dans plus de 20 pays, de sensibiliser les jeunes aux risques VIH, de mobiliser le grand public et les pouvoirs publics autour des enjeux de l’accès aux traitements dans les pays en voie de développement. Si vous avez envie de devenir bénévole de l’association, n'hésitez pas à vous renseigner auprès d’elle.

Besoin d’une complémentaire santé ?

Le contrat Garantie Santé de la Macif vous couvre en cas de consultation chez un médecin ou un spécialiste*

*Voir conditions du contrat

3 Faire un enfant lorsqu’on est séropositif

Faites-vous dépister contre le VIH avant une éventuelle grossesse.

 

Si vous êtes une femme séropositive, pouvez-vous avoir un bébé sans risque ?

 

Vous êtes séropositive et envisagez d’avoir un enfant ? Rassurez-vous, c’est désormais possible grâce aux différents traitements existants. Cela vous demandera toutefois quelques précautions et un suivi particulier :

- si le VIH est découvert avant la grossesse (3) : les traitements mis en place rendent la charge virale indétectable, et donc le risque de transmission du VIH à son bébé quasi nul tout au long de la grossesse et durant l’accouchement ;

- si le VIH est découvert pendant la grossesse (3) : des médicaments antirétroviraux (ARV) sont donnés à la maman durant toute la grossesse et à l’accouchement pour réduire le risque de transmission au bébé. Le nouveau-né recevra également à la naissance une dose d’ARV pour minimiser le risque de transmission.

Quoi qu’il en soit, si vous êtes séropositive, votre bébé recevra un traitement durant une courte durée après sa naissance pour occulter au maximum le risque de transmission et bénéficiera d’un suivi avec test de dépistage à 1 mois, 3 mois et 6 mois (3). En France, l’allaitement est toujours contre-indiqué même en cas de charge viral indétectable. Le recours au lait de substitution est la norme. Il est donc recommandé de parler à votre médecin si vous souhaitez donner le sein à votre enfant.

Et si vous êtes un homme séropositif, pouvez-vous avoir un enfant sans risque ?

 

Vous êtes séropositif mais aimeriez avoir un enfant ? En cas de charge virale indétectable et après consultation auprès de son médecin, la plupart des couples sérodiscordants (l’un positif, l’autre négatif) peuvent procréer de manière « naturelle ».

Le recours à la PMA (procréation médicalement assistée) se fait désormais en cas de charge virale détectable chez la personne séropositive. La technique repose sur le fait d’isoler les spermatozoïdes et de les « laver » avant la fécondation. Cette dernière se fera par insémination artificielle (IA), fécondation in vitro (FIV), ou micro-injection des spermatozoïdes (FIV ICSI).

4 VIH et vie sociale sont-ils compatibles ?

Parmi les craintes ressenties par les personnes atteintes du VIH, il y a celle de contaminer leurs proches (famille et amis). Et pourtant, contrairement à de nombreuses idées reçues sur les IST-(anciennement appelées MST), le VIH ne se transmet pas par des gestes simples du quotidien à l’inverse de la grippe, par exemple. Vous pouvez donc continuer à vivre normalement : faire la bise à vos amis, enlacer vos proches, leur tenir la main... Sachez que vous n’avez pas à notifier votre séropositivité à autrui dès lors que vous prenez toutes les précautions nécessaires (rapport protégé, suivi du TasP (traitement médical préventif), etc.). Légalement une personne séropositive est tenue de le notifier qu’en cas de prise de risque avéré (rupture du préservatif, rapport sexuel non protégé, contact direct entre fluide corporel (dont le sang) et une « porte d’entrée » (orifice, plaie), etc.)

Bon à savoir : vous êtes séropositif et n’arrivez pas à le dire à vos proches ?

Faites-vous aider. Parlez-en à votre médecin traitant ou adressez-vous à des structures de soutien qui vous guideront et vous aideront à trouver les bons mots. Vous pouvez appeler Sida Info Service en composant le 0 800 840 800 (appel confidentiel, anonyme et gratuit).

5 Séropositivité et travail : quelles obligations ?

Être séropositif ne signifie pas être inapte au travail. Si les traitements n’entraînent pas trop d’effets secondaires, vous pouvez garder une bonne qualité de vie vous permettant de maintenir une activité professionnelle. Sachez aussi qu’aucune obligation légale ne vous oblige à révéler votre séropositivité à votre employeur. En cas d’absence, il suffira de la justifier sans explication complémentaire à l’aide de certificats médicaux traditionnels. Les médecins sont d’ailleurs tenus au secret médical et ne peuvent révéler votre état de santé sans votre accord. Et la médecine du travail alors ? Il en est de même. Aucune raison de les avertir si vous n’en avez pas envie, sauf si un aménagement de votre temps de travail devient nécessaire.

6 Voyager avec le VIH

Même s’ils se font de plus en plus rares, certains pays (Russie, Singapour, Arabie saoudite...) interdisent encore l’entrée sur leur territoire aux personnes séropositives (4), y compris pour de très courts séjours. Il est donc recommandé de s’informer sur les restrictions en vigueur dans le pays à visiter avant de vous y rendre. De plus, vous devez avoir vos ordonnances avec vous pour justifier le transport de médicaments (pensez à les mettre dans votre bagage cabine afin de faciliter les contrôles à l’aéroport).

Le saviez-vous ?

Certains pays ont aussi des restrictions sur la quantité de médicaments qu’il est possible de transporter. Il est donc primordial de vous renseigner sur ces modalités avant votre départ. Et ce pour n’importe quel traitement.

7 Soigner son hygiène de vie

Les traitements mis en place pour lutter contre le VIH peuvent être à l’origine d’effets secondaires sur votre organisme tels que des maux de tête, des nausées, des difficultés à s’endormir, etc.

 

Une jeune femme fait son yoga dans son appartement.

 

Si vous êtes séropositif, il est donc recommandé d’adopter une bonne hygiène de vie en ayant :

- une alimentation équilibrée : veillez à manger trois repas par jour, entrecoupés de collations, pour avoir un apport énergétique suffisant tout au long de la journée ;

- la pratique d’une activité physique : aussi bon pour le corps que pour l’esprit ! ;

- un bon sommeil : essayez de dormir 8 heures par nuit minimum et de faire une sieste courte dans la journée dès que vous en ressentez le besoin.

Il est aussi primordial de limiter le stress, qui peut affaiblir votre système immunitaire. Pourquoi ne pas vous essayer au yoga ou à la relaxation, par exemple ? Cela pourrait vous aider notamment à lutter contre une éventuelle anxiété. En outre, la consommation d’alcool, de tabac ou de drogue est fortement déconseillée.

Noter cet article :