Secouriste bénévole : comment se former et s’engager dans une association ?

Participer à des battues, prodiguer les gestes de premiers secours, aider des personnes sinistrées… Donner de votre temps pour porter assistance aux autres, c’est possible en vous formant au secourisme. Le point avec Guillaume Turpin, inspecteur adjoint des Sauveteurs en Mer (SNSM).

Temps de lecture : 1 min

1 Devenir secouriste bénévole : quelles formations ?

Pour vous initier au secourisme, vous pouvez commencer par suivre la formation aux gestes qui sauvent (GQS). Position latérale de sécurité, pose d’un garrot, massage cardiaque… : vous apprenez les gestes à pratiquer pour aider une victime en attendant l’arrivée des secours. « Cette formation de 2 heures s’adresse à tout public. Vous pouvez même y participer en famille pour apprendre à vos enfants, dès 10 ans, les gestes de premiers secours », explique Guillaume Turpin, inspecteur adjoint des Sauveteurs en Mer (SNSM).

Pour les plus de 16 ans, la formation PSC1 (Premiers secours civiques de niveau 1) permet d’apprendre à réagir face à une situation d’urgence : brûlures, malaise, étouffement, arrêt cardiaque, etc. Un certificat de compétences est délivré aux participants à l’issue des 7 heures de formation aux premiers secours. La formation PSE1 (Prévention et secours en équipe de niveau 1) est la dernière étape pour obtenir la qualification de secouriste. « Accessible dès 16 ans, cette formation dure 36 heures et permet d’apprendre à intervenir en équipe et utiliser du matériel de secours professionnel (poser un collier cervical, utiliser un défibrillateur…) auprès de victimes », indique le professionnel.
 

Bon à savoir : le coût* des formations au secourisme

  • GQS : entre 15 euros et 20 euros  (1).
  • PSC1 : entre 50 et 65 euros.
  • PSE1 : 250 euros.
* Le coût peut varier en fonction de l’organisme de formation.

2 Des missions de secourisme diverses et variées

Festivals, concerts, rencontres sportives… « Les bénévoles secouristes sont amenés, lors de rassemblements publics, à tenir des postes de secours, venir en aide à des personnes en détresse ou soutenir les équipes médicales. Ils peuvent également être mobilisés lors d’évènements exceptionnels comme des inondations, des incendies, mais aussi des attentats et des crises sanitaires », précise Guillaume Turpin.

La Macif vous invite à vous former en ligne aux gestes qui sauvent avec notre partenaire Salvum.

3 Comment s’engager dans une association ?

Selon vos disponibilités et vos envies, vous pouvez être secouriste bénévole dans une association les week-ends, en semaine ou occasionnellement. « Tenez compte de la proximité avec votre domicile et des valeurs qui vous tiennent à cœur pour vous diriger, au choix, vers la Croix-Rouge française, la Protection Civile, la Fédération française de sauvetage et de secourisme, ou encore la Société nationale de sauvetage en mer, par exemple », conseille Guillaume Turpin.

Être secouriste bénévole, c’est donner de votre temps pour porter secours aux autres. Un engagement citoyen à part entière qui permet d’incarner des valeurs de partage, d’entraide et de dévouement !

Envie de vous engager ?

Rendez-vous sur la plateforme Diffuz (proposée par la Macif) et découvrez les défis solidaires près de chez vous !

L'Essentiel de l'article
  • Dès l’âge de 10 ans, votre enfant peut être sensibilisé aux gestes qui sauvent.
  • Il existe différents niveaux de formation pour devenir secouriste bénévole.
  • Les missions du secouriste bénévole sont variées selon les évènements sur lesquels il intervient.
Article suivant