4.2
4.2 sur 5( 26 votes )
Salade
Bien-être

Quoi de neuf dans nos assiettes ? L’évolution des régimes alimentaires en France

4 min

L'essentiel de l'article

  • Aux hommes la charcuterie, aux femmes la volaille !
  • Un régime qui ne manque pas de sel !
  • Du « tout-fait » plutôt que du « fait-maison ».
  • Contre la malbouffe : le boum du bio.
  • Manger moins de viande.
lire la suite
4.2
4.2 sur 5( 26 votes )

1 Homme ou femme : pas le même régime !

La nourriture aurait-elle un sexe ? Peut-être bien ! En tout cas, menus masculins et féminins diffèrent.

Les hommes mangent plus et leur apport énergétique est en moyenne 38 %(1) supérieur à celui des femmes. Côté préférences, ils sont friands d’aliments riches tels que le fromage, les viandes et les charcuteries, les pommes de terre ou encore les crèmes dessert.

À l’opposé, dans les assiettes des femmes sont plébiscités des aliments plus « légers » : yaourts, fromages blancs, compotes, volaille et soupes. Plaisir du goût ou pas, c’est en tout cas chacun son menu !

Besoin de conseils pour une alimentation équilibrée ?

Découvrez les
ateliers nutrition Macif près de chez vous !

3 Les plats préparés pour dépanner

La vie change, et les repas aussi… Avec moins de temps passé aux fourneaux (environ 53 min par jour(3)), la tentation du « tout-fait » plutôt que du « fait-maison » est grande.

Résultat, nous consommons de plus en plus de plats préparés issus de l’industrie agroalimentaire. Malgré une baisse relative de leur consommation, suite à divers scandales alimentaires, les recettes toutes prêtes ont à nouveau gagné du terrain sur nos tables. Préparations industrielles à base de viande, pizzas, quiches, soupes, biscuits sont de plus en plus consommés et représentent plus de la moitié des aliments transformés que nous mangeons.

4 Pour mieux manger ? Bio et local

Lutte contre la malbouffe et préoccupation environnementale influencent elles aussi nos comportements alimentaires avec pour réponse le développement des produits bio. Leur consommation a progressé de 21,7 % en 2016(4).

Autre phénomène d’importance : l’approvisionnement en denrées autoproduites. Ainsi, trois-quarts des foyers consomment au moins une fois par an des aliments issus de leur propre production (potager, élevage), cueillette, pêche ou de celle d’un proche, et parmi eux, trois-quarts le font au moins une fois par semaine. Un vrai retour aux sources !

5 Viande : la fin de l’effet bœuf ?

La protéine animale ? Très peu pour eux. Eux, ce sont les flexitariens, une nouvelle sorte de mangeurs bien décidés à réduire leur consommation de viande, de poisson et de laitages.

Loin d’être anecdotique ou communautaire, cette tendance concerne 1 foyer sur 3 en 2017(5) et ne cesse de progresser par petites touches veggie. Manger moins de viande, que ce soit pour des raisons de santé, d’environnement ou encore d’éthique est donc devenu une pratique de plus en plus courante et de mieux en mieux admise.

Rappel : 8 conseils nutrition pour bien manger chaque jour**

  • Au moins 5 portions de fruits et légumes (une portion = 80 à 100 g)
  • Viande, poisson ou œufs : 1 à 2 portions de 100 à 150 g
  • Des féculents (pain, pâtes, riz) à chaque repas !
  • 3 produits laitiers (4 pour les enfants) !
  • De l’eau à volonté
  • Pas trop de sucre
  • Pas trop de gras
  • Moins de sel

(1)Étude INCA, 2017.

(2) Mangerbouger.fr

(3) INSEE, « Le temps de l’alimentation en France », Insee Première, N° 1417, 2012.

(4)Agence BIO/AND-i, 2017.

(5) Institut Kantar Worldpanel pour Meatlab Charal, 2017.

* Source : étude INCA, 2017.

** Source : Mangerbouger.fr
Noter cet article :

Cet article...