Qu'est-ce que l’épargne handicap : 5 choses à savoir

Vous êtes en situation de handicap ? Sachez qu’il existe un dispositif qui vous est dédié et ouvre droit à une intéressante réduction d’impôt sur les versements effectués sur un contrat d’épargne assurance-vie. Ce qu’il faut savoir en 5 points.

Temps de lecture : 2 min

1 De quoi s’agit-il ?

Techniquement, l’épargne handicap est un dispositif appliqué au contrat d’assurance-vie. Il est spécifiquement réservé aux personnes en situation de handicap.

2 Y ai-je droit ?

Pour pouvoir en bénéficier, il faut réunir certaines conditions :

  • être atteint d’un handicap au jour de l’adhésion ;
  • être dans l’impossibilité d’exercer une activité professionnelle dans des conditions normales de rentabilité ;
  • ne pas avoir liquidé ses droits à la retraite.
12
millions de Français sont en situation de handicap*.

3 Quel avantage fiscal ?

  • Une réduction d’impôt égale à 25 % des versements bruts de frais de l’année d’imposition sous conditions.
     
  • Une imposition aux prélèvements sociaux plus limitée ; les intérêts annuels du fonds en euros ne sont pas soumis aux prélèvements sociaux.

4 Y a-t-il un plafonnement ?

Oui, la réduction d’impôt est plafonnée : depuis le 1er janvier 2010, les versements sont pris en compte jusqu’à 1 525 € + 300 € par enfant à charge et par foyer fiscal.

Autrement dit, la réduction d’impôt maximum par foyer fiscal est donc de 381,25 € + 75 € par enfant à charge.

Vous êtes en situation de handicap ?

Bénéficiez d’une assurance spécifique et facilement accessible avec Macif Egalis.

5 Comment en bénéficier ?

C’est simple : en ouvrant un contrat d’assurance-vie et en adressant les justificatifs adéquats à l’assureur au moment de l’adhésion.

L'Essentiel de l'article
  • L’épargne handicap est réservée aux personnes en situation de handicap et dans l’impossibilité de travailler dans des conditions normales d’activité.
  • Il permet une réduction d’impôt à hauteur de 25 % des primes versées.
  • La réduction est accordée à condition de détenir un contrat actif pendant au moins six ans.
Article suivant