Profession : Solidaire – Les conseils des entrepreneures Daphné Charveriat et Colombe Pigearias

Temps de lecture : 3 min

à propos du contributeur

Magazine So Good

So Good, média du groupe SoPress (SoFoot, Society, SoFilm, etc.) et Ulule.

Chômage, mal logement ou décrochage scolaire. Au sein de Marseille Solutions, Daphné Charveriat et Colombe Pigearias aident à construire des solutions pour résoudre localement ces défis urgents. Comment se lancer dans l’entrepreneuriat social ? Ces deux spécialistes de la solidarité répondent.

Tout est parti d’un ras-le-bol : celui du “Marseille bashing” et des manchettes de journaux catastrophistes. Début 2014, Tarik Ghezali, Anne-Claire Gosselin et Jérôme Schatzman fondent l’organisation Marseille Solutions pour tenter d’inverser la tendance. Leur vision ? Booster le développement de projets positifs à fort impact dans la ville, pour lutter notamment contre le chômage, le mal logement, le décrochage scolaire ou les déserts alimentaires.

Daphné Charveriat et Colombe Pigearias ont rejoint l’aventure plus récemment en tant que co-gérantes. Avec d’autres, elles appliquent aujourd’hui une formule d’action éprouvée au sein de ce dispositif de soutien à l’innovation : « Voir grand, commencer petit, aller vite ». Depuis leurs bu-reaux situés non loin du Vieux Port (13), elles livrent plusieurs conseils concrets pour s’investir dans l’entrepreneuriat social et solidaire.

Les quatre conseils de Daphné Charveriat et Colombe Pigearias

Conseil n°1 : ne pas trop attendre avant de se lancer

Colombe Pigearias : « Si tu as envie de faire quelque-chose, n’attends pas que tout soit prêt pour en parler et commencer. Cela avance trois fois plus vite et on évite beaucoup d’erreurs ou de maladresses en osant partager ses intentions. Si tu incarnes ton projet et que tu commences à en parler, même sans avoir d’idées précises, les rencontres vont s’enchaîner et finalement, tu dessineras quelque chose que tu n’avais peut-être pas imaginé à la base, mais qui sera plus pertinent que ton idée préconçue dans ton coin. »

Conseil n°2 : identifier ses compétences

Colombe Pigearias : « Si tu n’es pas issu du milieu de l’entrepreneuriat social ou environnemental, essaie d’identifier les compétences que tu as et qui sont transférables dans ces milieux-là. En réalité, dans de nombreux domaines, on apprend et perfectionne le travail de coopération entre pairs ou entre différentes spécialités pour mener à bien des projets. »

« Les gens doutent souvent de leurs compétences, alors que même si tu ne viens pas de l’innovation sociale, tu peux apporter à un projet si tu as une compétence de gestion de projet, de créativité, d’écoute ou autre »

Daphné Charveriat

Conseil n°3 : utiliser les moyens de communication à disposition

Daphné Charveriat : « Aujourd’hui, tout le monde est accessible. Il ne faut pas négliger les réseaux sociaux et ne surtout pas hésiter à prendre contact avec une grande boîte pour leur proposer un projet. C’est important de partager ses bonnes idées, il est dommage d’en avoir et de ne pas passer à l’action. »

Conseil n°4 : en parler autour de soi

Daphné Charveriat : « Si tu as envie de te lancer, donne toi les moyens, raconte une histoire, écris un récit, parle-en autour de toi et n’hésite pas à aller interroger des gens pour les embarquer sur ton projet. A partir du moment où tu vas aller les voir, ils vont se sentir ambassadeurs du projet et vont te permettre de changer d’échelle. »

Vous souhaitez vous lancer dans l'entrepreneuriat social ?

La Fondation Macif soutient chaque année de nombreuses initiatives solidaires et sociales

Article suivant