0
0 sur 5( 0 vote )
Isolation maison
Habitat

Logement : la France peut-elle venir à bout de ses passoires thermiques ?

8 min

à propos du contributeur

Fabien Soyez

Journaliste à Socialter, le média des transitions et des alternatives.

0
0 sur 5( 0 vote )

Près d’un logement sur cinq en France est considéré comme « passoire thermique » : mal isolés, ces habitats pèsent lourds sur la facture énergétique du pays mais aussi sur le budget des ménages, notamment les plus modestes. Alors que le dérèglement climatique s’intensifie, sur fond de baisse du pouvoir d’achat, la lutte contre ces « passoires » est devenue urgente.

Un combat écologique d’abord, car le secteur du bâtiment résidentiel représentait selon l’Ademe (1) près de 26 % des consommations d’énergies finales du pays en 2015. Un enjeu de justice sociale ensuite car sur les 2,6 millions de ménages modestes occupant des « passoires thermiques », près de la moitié est en situation de « précarité énergétique ». Ces derniers dépensant plus de 10 % de leurs ressources économiques pour se chauffer. « En moyenne, un ménage consomme 1 500 euros de facture d'énergie annuelle. Au-delà de 2 000 euros, c'est qu'il vit probablement dans une passoire thermique », constate Franck Billeau, président du réseau Eco-Habitat qui accompagne les ménages dans l’amélioration thermique de leur logement.

"On peut diminuer jusqu'à 75 % sa facture d’énergie"

Pour les personnes résidant dans l'un de ces logements mal isolés, bien souvent construits avant 1975 (date des réglementations thermiques dans la construction), la rénovation énergétique peut être un moyen de gagner en pouvoir d'achat, tout en préservant l'environnement. Selon le collectif Renovons (2), la rénovation d’une passoire thermique permettrait à un ménage d’économiser plus de 500 euros par an sur sa facture énergétique. « On peut diminuer jusqu'à 75 % sa consommation d'énergie. Dans le cas des passoires les plus importantes, avec des chauffages coûteux tournant au fioul, on peut atteindre 1 000 euros d'économie par an », explique Marie Moisan, animatrice du Cler.

« Mais tendre vers une sobriété énergétique, c'est aussi lutter contre le réchauffement climatique, car ces logements utilisent de l'énergie issue de ressources fossiles (fioul, gaz) et produisent des gaz à effets de serre », ajoute-t-elle. Toujours selon l’Ademe, les émissions de CO2 liées aux bâtiments résidentiels représentaient 20 % des émissions totales françaises en 2015.

Lire aussi : 5 éco-matériaux pour une maison saine et respectueuse de l'environnement 

Un millefeuille d'aides

Attention : l'idée n'est pas juste de changer de chaudière, mais d'isoler totalement son logement, en agissant sur les toitures, les combles et les parois. Certes cela coûter cher, de l'ordre de 40 000 euros pour une maison de 100 m² (3). Mais « plus on fait des travaux conséquents, plus les économies vont être conséquentes », note Marie Moisan.

C'est pourquoi de nombreuses aides existent pour aider à financer la rénovation énergétique des logements. C’est le cas du « Crédit d’impôt pour la transition énergétique » (CITE), qui s'adresse à tous (locataires ou propriétaires occupants), sans conditions de revenus, avec des plafonds de dépenses à respecter (4). « Il faut juste avoir déclaré ses revenus (pas besoin d'être imposable) et avoir comme projet de réaliser des travaux de performance énergétique, dans un logement achevé depuis plus de deux ans. Cette prime représente sur l’isolation 30 % du montant de la facture », indique Marilyne Vialles, responsable du Service mobilisation citoyenne et média de l’Ademe.

Dans le cadre du projet de loi énergie-climat débattu et adopté par l’Assemblée nationale le 28 juin dernier, ce crédit d’impôt sera transformé en prime (subvention) versée au moment des travaux dès 2020 pour les ménages modestes, et en 2021 pour tous. Les ménages modestes peuvent déjà bénéficier d'aides aux travaux, proposées par l'Agence nationale de l'habitat (Anah). Ces subventions, qui vont de 2 000 à 20 000 euros, sont soumises à des conditions de ressources, ainsi que de performances des travaux, une estimation des économies réalisées en fonction de la rénovation envisagée devant être réalisée par un professionnel (5).

Lire aussi : Quelles aides pour la rénovation énergétique de votre logement ?

« Tout un dossier doit être monté auprès de l'Anah : c'est plus compliqué que pour obtenir le CITE mais, au bout, il est possible de cumuler les deux afin de réduire la facture des travaux de 80 % », explique Marilyne Vialles. Pour de nombreux propriétaires, cela représente encore un investissement substantiel, d’où la nécessité d’aides complémentaires. Les collectivités territoriales, elles aussi, se mobilisent en proposant des aides complémentaires à celles de l'Anah. C’est par exemple le cas du conseil départemental de l'Hérault avec son Fonds d'aide aux travaux de maîtrise de l’eau et de l'énergie (6) qui, outre une enveloppe financière, accompagne aussi les ménages dans leurs démarches via l'association Gefosat.

Il est aussi possible de bénéficier d'autres aides, comme l'Éco-prêt à taux zéro (Éco-PTZ). Sans intérêts, il peut aller jusqu'à 30 000 euros et financer la fourniture et la pose de matériaux et d'équipements, mais aussi les frais liés à la maîtrise d'œuvre (7). Enfin, les fournisseurs et distributeurs d'énergie, comme EDF, Engie ou encore Leclerc, qui ont l'obligation de participer à l'effort de réduction des émissions de CO2 et de consommation d'énergie de leurs clients, peuvent leur accorder des « primes énergie », ainsi que des prêts bonifiés dans le cas de ménages modestes, dans le cadre du dispositif des Certificats d'économies d'énergie (CEE) (8).

Un accompagnement impératif

« Les solutions existent et il est possible d'en cumuler entre 10 et 15, jusqu'à mobiliser 40 000 euros d'aides. Mais pour cela, il faut se faire accompagner, sous peine de vite se décourager », remarque Franck Billeau de Eco-Habitat. Car ce millefeuille d'aides, et donc de dossiers à monter, peut en désorienter plus d'un. « La première chose à faire, c'est de prendre contact avec un opérateur agréé par l'Anah, des associations partenaires ou le réseau FAIRE (Faciliter, Accompagner, Informer pour la Rénovation Energétique). service public gratuit composé de 600 conseillers en rénovation énergétique », conseille Marie Moisan.. Ces opérateurs vous aideront ainsi à vous repérer parmi les différentes aides.

Pour améliorer les dispositifs existants, la plupart des spécialistes du sujet préconisent de réduire leur nombre et de simplifier les parcours de ceux qui veulent rénover leur logement. « Le fait qu'il y ait autant de dispositifs, sans cohérence dans les territoires, dilue souvent le message. Il faudrait peut-être s'interroger sur la possibilité d'une simplification de tous ces programmes, au travers de structures qui fédéreraient davantage les dispositifs privés et publics, afin de délivrer une réponse globale aux familles », estime Franck Billeau.

Et de citer l'exemple du dispositif Picardie Pass rénovation, un accompagnement de A à Z proposé par la région Hauts-de-France à tous les ménages, des conseils techniques à la recherche de solutions personnalisées de financement (9). De tels dispositifs de « tiers-financement », qui mobilisent tous les acteurs du secteur, ont également été lancés dans les régions Grand-Est et Occitanie.

Lire aussi : Contre les logements mal chauffés : l'énergie solidaire !

(1) Ademe, Les Chiffres clés 2015 : Climat, air, énergie, http://multimedia.ademe.fr/catalogues/chiffres-cles-2015-climat-air-energie/common/data/catalogue.pdf
(2) « Coûts et bénéfices d’un plan de rénovation des passoires énergétiques à horizon 2025 », février 2017, http://renovons.org/Le-scenario
(3) https://decrypterlenergie.org/quel-est-le-vrai-prix-de-la-renovation-energetique-performante-et-peut-on-se-le-permettre
(4) https://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/financez-projet/renovation/dossier/credit-dimpot/conditions-2019-beneficier-credit-dimpot-transition-energetique
(5) http://www.anah.fr/proprietaires/proprietaires-occupants/renover-votre-logement-avec-habiter-sain-ou-habiter-serein/
(6) https://www.precarite-energie.org/FATMEE-de-l-Herault-Fonds-d-aide.html
(7) https://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/financez-projet/renovation/dossier/eco-pret-a-taux-zero/tout-savoir-leco-pret-a-taux-zero-2019
(8) https://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/financez-projet/renovation/aides-entreprises-fourniture-denergie
(9) https://www.pass-renovation.picardie.fr/
Noter cet article :