0
0 sur 5( 0 vote )
Les jeunes restent attachés à l’idée d’acheter un bien immobilier, que ce soit leur résidence principale ou pour faire un investissement locatif, une tendance en augmentation.
Habitat

L’immobilier fait-il toujours rêver les jeunes ?

1 min

l'essentiel de l'article

  • La détention immobilière des jeunes a augmenté de 6,4 points en 8 ans. (1)
  • 30 % des Millennials envisagent d’acheter un logement dans les 2 ans. (2)
  • L’investissement locatif est envisagé par 1 Millennial sur 10. (2)
lire la suite
0
0 sur 5( 0 vote )

Imprévisibles, incapables de se concentrer plus de 12 secondes, fauchés… Les clichés sur les Millennials, vérifiés ou fantasmés, les dépeignent toujours en rupture avec leurs parents baby-boomers et leurs grands frères ou grandes sœurs de la génération X. Toujours ? Pas si sûr. Un domaine résiste à la révolution des Y : l’achat immobilier, sur lequel les 18-34 ans raisonnent comme leurs aînés, à rebours de l’image du jeune centré sur la quête de sens et détaché des contingences matérielles.

Envie d’en savoir plus le changement d’assurance de prêt immobilier ?

Cliquez ici.

2 Primo-accédant deviendra grand

Gatien, 25 ans, n’a même pas attendu que son boss l’augmente :

« Au bout de 6 mois de CDI, à 21 ans, j’ai acheté. J’habite à Castres (81) où les prix sont très bas donc je ne voyais pas l’intérêt de louer. Je n’avais presque pas d’apport mais j’ai quand même pu emprunter la quasi-totalité de la somme sur seulement 15 ans. »

Quelques années après, changement de programme, et un nouveau projet immobilier.

« Ma compagne et moi avons décidé d’acheter plus grand. On a donc opté pour une maison à rénover, avec deux idées en tête : avoir plus grand pour moins cher, et l’aménager exactement comme nous le voulons avec l’argent de la vente du premier appartement. Et qui sait, revendre dans quelques années et trouver encore mieux ! »

3 Propriétaire demain (ou après-demain)

30 ans à peine serait-il donc l’âge de la pierre ? Pas pour tout le monde… Anthony, 26 ans, de Saint-Ouen (93), ne se projette pas :

« Je ne compte pas acheter prochainement, car je vois ça comme une contrainte. Je préfère payer un loyer avec la liberté que ça implique, plutôt que d’être enchaîné 20 ans à un crédit et à un lieu. Je viens de commencer ma vie active, il y a forcément des choses qui vont bouger. Et financièrement, le prêt c’est une chose, mais il y a les charges, la taxe foncière, les travaux… Mieux vaut avoir un peu devant soi, ce qui n’est pas mon cas pour le moment. »

Et l’investissement locatif ? Comme 1 Millennial sur 10 (2), Anthony l’envisage mais préfère temporiser :

« C’est trop de boulot ! Mais je ne l’exclus pas à plus long terme ».

* Sous conditions et selon le profil de l'emprunteur.

Sources :

(1) Insee, Le patrimoine des ménages en 2018, 2019
(2) Seloger, Les jeunes et l’immobilier, une affaire qui roule, 2019
(3) Kaufman and Broad, Quel est le profil type de l’investisseur locatif ?, 2018
Noter cet article :

Cet article...