1.5
1.5 sur 5( 2 votes )
Un groupe de personnes se réunit pour discuter écologie et environnement.
Solidarité

Économie circulaire et collaborative : quels sont les enjeux ?

1 min

L'Essentiel de l'article

  • L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services de manière durable.
  • De plus en plus de Français sont prêts à s’engager dans cette économie collaborative.
  • Les nouvelles technologies favorisent l’économie collaborative grâce à des plateformes dédiées et accessibles à tous.
lire la suite
1.5
1.5 sur 5( 2 votes )

Ne pas jeter, recycler. Ne pas acheter, mais emprunter ou louer. L’économie circulaire et collaborative a pour objectif de repenser les modes de consommation pour les rendre plus responsables et plus durables. Explications.

1 Qu’est-ce que l’économie circulaire et collaborative ? Définition

L’économie circulaire est définie par l’Ademe comme une « économie qui consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources, mais aussi la production des déchets » (1). Il s’agit de passer d’une société du tout jetable à une société où rien ne se perd. Un modèle économique circulaire et collaboratif qui met en avant l’échange ou le partage de biens, de services ou même de connaissances entre particuliers avec ou sans échange monétaire.

Bon à savoir

L’économie circulaire et collaborative se distingue de l’économie sociale et solidaire (ESS). L’ESS réunit les organisations poursuivant une mission d’utilité sociale comme les associations, les mutuelles, les fondations, les coopératives, mais aussi de nouvelles formes d’entreprenariat. Contrairement à l’économie circulaire et collaborative, ces organisations n’agissent pas seulement pour le développement durable mais aussi pour l’inclusion sociale, le maintien de l’emploi, l’éducation à la citoyenneté, etc.

2 Quelles sont les différentes formes de l’économie circulaire ?

L’économie circulaire s’inscrit dans une logique de développement durable et repose sur six grands principes (2) :

  • L’écoconception : prendre en compte l’ensemble du cycle de vie d’un produit afin d’optimiser ses impacts environnementaux dès sa conception. C’est le cas, par exemple, des vêtements confectionnés à partir de coton biologique.

 

  • L’écologie industrielle et territoriale : mutualiser les différents flux des entreprises (matières, énergies, personnes) dans l’optique de réduire leur impact environnemental au sein d’un territoire. Il s’agit, entre autres, de partager un espace de travail grâce au coworking.

 

  • L’économie de fonctionnalité : proposer l’utilisation d’un produit ou d’un service plutôt que son achat et sa possession, dans une perspective de développement durable. Vous pouvez louer un vélo lorsque vous en avez besoin, plutôt que d’en acheter un que vous utiliserez peu.

 

  • La consommation responsable : conduire l’acheteur à prendre en compte les impacts environnementaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit dans ses décisions d’achat. Pour consommer responsable, optez pour la récup’ et la seconde main et achetez en vide-greniers ou sur des sites d’annonces entre particuliers.

 

  • L’allongement de la durée d’usage des produits : privilégier la réparation des produits, comme votre vélo, pour leur donner une seconde vie, vendre ou acheter d’occasion, donner des produits qu’on n’utilise plus ou les modifier pour qu’ils soient réutilisés à d’autres fins. Essayez notamment d’utiliser votre smartphone tant qu’il fonctionne, afin d’éviter l’achat régulier d’un produit neuf, ou optez pour un modèle reconditionné. Pensez aussi à rapporter votre ancien téléphone en boutique pour qu’il soit recyclé.
Privilégiez la réparation vos objets et donnez-leur une nouvelle vie.

 

  • L'amélioration de la prévention, de la gestion et du recyclage des déchets : réintroduire et réutiliser les matières issues des déchets dans l'économie, soit en boucle fermée avec des produits similaires, soit en boucle ouverte pour créer d'autres types de biens. Par exemple, les fibres polyester issus des bouteilles plastiques servent à fabriquer des vestes polaires.

En résumé, l'économie circulaire et collaborative a pour objectif de préserver les ressources et l'environnement, en réduisant les déchets mais aussi le gaspillage. Oublié donc le modèle d'une société où tout se consomme et tout se jette. La seconde main n'a jamais eu autant la cote ! Ainsi, en 2019, 39 % des Français ont acheté au moins un vêtement ou accessoire de mode de seconde main. (3)

 

3 Quels sont les secteurs concernés par l’économie circulaire et collaborative ?

L’économie circulaire et collaborative concerne de nombreux secteurs d’activité de la vie quotidienne :

 

 

 

 

  • L’habillement : seconde main, revente, échange, location... En plus des traditionnelles brocantes et vide-greniers, les applications et les sites Internet se multiplient pour vous aider à consommer la mode de façon plus responsable et ainsi favoriser l’économie collaborative et solidaire.

 

Faites des économies et achetez vos vêtements en seconde main.

 

4 Un modèle économique qui séduit de plus en plus

Les Français (1) semblent de plus en plus enclins à consommer autrement, et donc à s’impliquer dans une économie plus circulaire et collaborative. Ainsi, 69 % d’entre eux se sentent concernés par la question des emballages. Un chiffre confirmé par l’essor du vrac, mais aussi avec la bonne pratique du tri et du recyclage. Ils sont 59 % à affirmer trier et recycler plus qu’il y a cinq ans. Et ce n’est pas tout, près de 60 % des Français déclarent avoir acheté des produits d’occasion et 50 % en avoir vendu, révélant une véritable volonté de réutiliser et de consommer mieux tout en faisant des économies ! Preuve du changement des habitudes de consommation, les plateformes d’échange ou de revente de produits d’occasion entre particuliers rencontrent un véritable succès.

Bon à savoir

Grâce la démocratisation des nouvelles technologies d’information et de communication, l’économie collaborative est facilitée et les consommateurs s’impliquent de plus en plus dans leurs achats devenant « consommacteurs ». À travers leurs avis, leurs retours, leurs démarches d’achat (multiplication des comparateurs de prix...), ils exercent une influence sur les marques, et surtout sur les produits et services qu’elles proposent.

5 L’économie circulaire, un modèle vecteur d’emplois

En bousculant les habitudes sociétales, l’économie circulaire et collaborative permet de développer de nouvelles activités, et par conséquent de créer de l’emploi. La réparation des produits usagés, la réutilisation et le recyclage des déchets, par exemple, génèrent environ 25 fois plus d’emplois que leur mise en décharge. (2)

Ainsi, près de 300 000 emplois (2) pourraient être créés dans le secteur de l’économie circulaire. De quoi vous encourager un peu plus à devenir, vous aussi, acteur de cette économie collaborative et solidaire.

6 Qui sont les acteurs et les bénéficiaires de la consommation collaborative ?

Un tiers des Français a déjà eu recours à des pratiques collaboratives non marchandes (covoiturage, échanges de services de jardinage/bricolage, etc.) (3). Mais qui sont-ils ? Contrairement à de nombreuses idées reçues, la consommation collaborative ne s’adresse pas uniquement aux étudiants, aux jeunes actifs et aux urbains. Elle concerne l’ensemble des Français. Par exemple, 30 % des consommateurs (4) vivant en milieu rural pratique le covoiturage ainsi que le troc, l’achat et la vente de fruits et légumes, contre 23 % pour les urbains. Les familles sont aussi très actives en termes de consommation collaborative : 64 % d’entre elles effectuent des achats ou des ventes de biens entre particuliers.

Consommer responsable, ce n’est donc pas si compliqué. Cela peut même vous faire réaliser des économies. Alors qu’attendez-vous pour vous lancer ?

Noter cet article :