CowFunding, le financement participatif au service de l'économie sociale et solidaire

CowFunding est une plateforme de financement participatif principalement dédiée au soutien de projets dans l’économie sociale et solidaire (ESS). Son cofondateur, Christophe Masson, explique sa démarche et partage quelques conseils issus de sa propre expérience d’entrepreneur.

Temps de lecture : 1 min

à propos du contributeur

Christophe Masson
Christophe Masson

Cofondateur de CowFunding

1 Le crowdfunding, une solution de financement pour les projets

L’idée de CowFunding part d’une observation :

« On a constaté qu’il y avait un souci de financement sur les sommes inférieures à 10 000 euros et qu’il était très difficile d’aller chercher du financement pour des microprojets, particulièrement dans l’économie sociale et solidaire, rappelle Christophe Masson. Certaines plateformes de crowdfunding existaient déjà, mais elles se concentraient plutôt sur des projets artistiques et créatifs. »

Nous sommes alors fin 2012, et le financement participatif est encore balbutiant en France. CowFunding se lance quelques mois plus tard, en septembre 2013, avec pour objectif prioritaire de faciliter le financement de projets solidaires, souvent autour du développement durable et du handicap.

160 000

C’est le nombre de microcrédits financés à ce jour par l’Adie (Association pour le droit à l’initiative économique), dont la Macif est partenaire. Elle aide les personnes n’ayant pas accès au crédit bancaire à créer leur entreprise. Pour trouver l’une des 120 antennes en France, cliquez ici.

2 Des financements diversifiés pour les projets solides

Si vous vous lancez dans une aventure entrepreneuriale, vous aurez besoin de financement. L’idéal est d’utiliser des sources variées. Cela sera plus rassurant pour vous, et pour vos investisseurs ! Les principales solutions de financement sont :  

  • votre épargne personnelle (livrets, placements…) ;
     
  • l’aide de vos proches (amis, famille…) sous forme de prêt (avec ou sans intérêt), de donation ou de participation au capital de votre entreprise. Cette aide est souvent appelée la « love money » ;
     
  • les aides et prêts à taux zéro réservés à la création et à la reprise d’entreprise : prêts d'honneur accordés par des plateformes ou réseaux tels que le Réseau Entreprendre ou Initiative France, prêt du dispositif Nacre (de 1 000 à 10 000 euros), aide à la reprise ou à la création d'entreprise de Pôle Emploi (ARCE) si vous êtes demandeur d'emploi indemnisé, les solutions de microcrédit de l'Adie, etc. ;
     
  • les aides régionales à retrouver par exemple sur le site de votre CCI (chambre de commerce et d’industrie) ;
     
  • le prêt bancaire classique ;
     
  • la levée de fonds (ouverture du capital à des investisseurs), auprès par exemple de business-angels (investisseurs privés).

Le crowdfunding est une forme particulière de levée de fonds. Il s’adresse aux particuliers et leur propose d’investir en échange d’une récompense qui peut être, selon les cas, concrète ou symbolique. Le financement participatif n’a pas vocation à remplacer d’autres sources de financement, mais à donner un coup de pouce aux moments clés.

Vous souhaitez vous lancer ?

Assurance auto, complémentaire santé, assurance activité, matériel informatique… Découvrez les offres Macif dédiées aux auto-entrepreneurs.

Le financement participatif doit rester un complément à d'autres formes de financement, comme le prêt bancaire.

3 Bien se préparer et bien s'entourer

Les plateformes de financements participatifs peuvent aider au financement d’un projet. Mais Christophe Masson peut aussi donner quelques conseils tirés de sa propre expérience lors de la création de CowFunding.

Son premier conseil : bien s’entourer.

« Choisissez vos associés en fonction de vos complémentarités. Il nous a par exemple cruellement manqué un développeur à nos côtés quand nous avons dû externaliser notre développement web. »

Bien s’entourer, c’est aussi bien choisir ses partenariats. Dans le cas de CowFunding, les premiers pas sont accompagnés par la BGE, le Réseau national d’appui aux entrepreneurs, puis un partenariat avec la chambre du commerce des Hauts-de-France, quatre mois après leur lancement. Les partenariats suivants se concentrent sur des acteurs au cœur de l’économie sociale et solidaire.

« Dès le début, notre stratégie a été de travailler avec des prescripteurs de projet comme la fondation Macif, le département de l’Économie sociale et solidaire du Pas-de-Calais ou le Conseil général du Pas-de-Calais ».

Autre point clé : bien connaître l’environnement législatif et réglementaire.

« Lorsque nous nous sommes lancés, le cadre législatif évoluait énormément : tous les 6 mois, on avait de nouvelles réglementations ! », se souvient Christophe Masson.

De fait, l’évolution législative peut être une source de risques et d’opportunités. Pour rester informé, vous pouvez vous appuyer sur certains professionnels au service de votre entreprise, comme les experts-comptables sur les questions fiscales. Par ailleurs, les Chambres de commerce et d’industrie proposent généralement des conseils sur l’évolution législative. Enfin, vous pouvez, à titre informatif, suivre des veilles législatives et réglementaires sur Internet.

À SAVOIR

Sur CowFunding.fr, les campagnes tournent autour de 5 000 euros et les contributions sont en moyenne de 60 euros.

L'Essentiel de l'article
  • Diversifiez les sources de financement, notamment grâce au crowdfunding.
  • Choisissez des associés et des partenaires complémentaires.
  • Faites attention à l’évolution du cadre législatif, qui impacte votre activité.
Article suivant