4.7
4.7 sur 5( 4 votes )
Conducteur
Auto/Moto

Conduite : 7 conseils aux seniors pour rouler en toute sécurité

4 min

à propos du contributeur

Jean-François Boulat

Président de la Prévention Groupe Macif

Paris

L'essentiel de l'article

  • Dès 60 ans, faites vérifier régulièrement votre vue et votre ouïe.
  • Exercez vos cervicales pour conserver de la souplesse.
  • Soyez très vigilant sur les effets liés à la prise de médicaments.
  • Faites des pauses fréquentes.
  • Révisez le Code de la route !
lire la suite
4.7
4.7 sur 5( 4 votes )

1 La vue : restez bon pied bon œil !

En voiture, 90 % des informations nécessaires à la conduite proviennent de la vue.

Quand celle-ci se dégrade, plusieurs phénomènes se produisent : difficultés d’accommodation, rétrécissement du champ visuel, hypersensibilité à la lumière, mauvaise perception du relief…

Ces troubles apparaissent parfois sans que l’on s’en aperçoive immédiatement. Que vous portiez ou non des lunettes, veillez à consulter régulièrement un ophtalmologue : il contrôlera l’évolution de votre vue et vous donnera des conseils adaptés.

2 L’ouïe : gardez l’écoute

L’ouïe est également très sollicitée pendant la conduite. Ce sens nous signale une panne, nous alerte d’un événement imprévu. Mais après 65 ans, il devient moins fiable, il s’altère.

Il est donc important de faire vérifier régulièrement l’évolution de vos capacités auditives par un professionnel de santé.

Dès 60 ans et surtout après 70 ans, il est indispensable de tester régulièrement ses capacités auprès d’un professionnel de santé pour s’assurer qu’on peut conduire en toute sécurité pour soi et pour les autres.

Jean-François Boulat, Président de la Prévention Groupe Macif

3 Souplesse : évitez les cous tordus

Le manque de souplesse au niveau des cervicales peut nuire à une bonne perception, notamment latérale. Avec l’âge, se retourner ou faire pivoter la tête pour vérifier les angles morts ou effectuer des manœuvres peut devenir difficile. Pour préserver vos cervicales, il est donc utile de faire régulièrement des exercices d’assouplissement. Autre astuce : ajoutez un rétroviseur complémentaire  sous le rétroviseur principal pour limiter les efforts et les contorsions superflues.

4 Les médicaments : attention, danger !

Les médicaments, même les plus anodins, ont des effets sur la conduite : tendance à l’endormissement, sensation de fatigue, difficulté de coordination des mouvements… Si vous suivez un traitement, qu’il soit ponctuel ou au long cours, vérifiez les emballages : ils comportent un pictogramme qui informe sur la compatibilité du médicament avec la conduite d’un véhicule.
 

Étiquettes médicaments conduite

 

  • Étiquette de niveau 1 : soyez prudent, ne conduisez pas sans avoir lu la notice.
     
  • Étiquette de niveau 2 : soyez très prudent, demandez l’avis d’un professionnel de santé avant de prendre le volant.
     
  • Étiquette de niveau 3 : attention, ne conduisez pas ! Demandez l’avis d’un médecin avant de prendre le volant.

5 Les pauses : indispensables sur les longs trajets

Conduire est une activité intense, qui fatigue vite. Reposez-vous avant de prendre le volant. Sur la route, prévoyez un arrêt au bout de deux heures de conduite.

Soyez attentif aux signes d’endormissement (picotements dans les yeux, inconfort, raideur de la nuque ou du dos, bâillements, paupières lourdes…). Dès l’apparition d’un seul de ces signes, faites une pause ou même une sieste, de 15 à 20 minutes.

Face à la fatigue, ne comptez pas sur le café : seul le sommeil est réparateur !

6 Le Code de la route : des révisions s’imposent

Le Code de la route évolue en permanence.

Pour éviter de vous trouver dans des situations à risque ou en infraction, mettez régulièrement à jour vos connaissances. Pour cela, vous pouvez consulter une version récente du Code de la route ou faire le quiz en ligne sur securite-routiere.gouv.fr qui reprend les questions de l’examen du Code.

N’oubliez pas les fondamentaux :

  • Pas d’alcool avant de prendre la route.
     
  • Les conducteurs et les passagers doivent impérativement être attachés par la ceinture de sécurité. N’utilisez pas de pince ou autre dispositif pour distendre celle-ci : elle doit vous maintenir au siège.
     
  • Les enfants jusqu’à 10 ans doivent être installés dans un siège adapté et fixé conformément aux recommandations, sauf si leur taille leur permet d’être attachés avec la ceinture de sécurité.

7 La raison : savoir s’arrêter au bon moment

Nos aptitudes motrices et sensorielles diminuent avec les années, c’est inexorable. L’altération de certains sens peut sérieusement impacter la qualité et la sécurité de la conduite.

Réfléchir à arrêter, à terme, de prendre sa voiture se révèle parfois être une sage décision. Prenez conseil auprès de votre médecin si vous sentez qu’il est temps pour vous de lâcher le volant pour rouler vers de nouvelles aventures… côté passager !

Source : Le Figaro/APHP, 2012
Noter cet article :

Cet article...

vous aimerez aussi...

Article suivant
Éthylotest alcoolémie voiture
Auto/Moto

Comment utiliser un éthylotest ?

5 min