1.5
1.5 sur 5( 2 votes )
budget étudiant
Jeunes

Combien coûte la vie étudiante ?

1 min
1.5
1.5 sur 5( 2 votes )

1 Un coût en augmentation

Fin août 2017, une enquête du syndicat étudiant UNEF indiquait que le coût de la vie étudiante avait augmenté de 2,09 % par rapport à 2016. Constat similaire du côté de la Fédération des associations générales étudiantes (FAGE), qui estimait les dépenses courantes à 1 140,85 euros par mois en moyenne sur l’ensemble du territoire, soit 1,40 % de plus que pour l’année précédente.

À ces frais de la vie courante, s’ajoutent les frais spécifiques de rentrée (+2,36 % en 2017 par rapport à l’année 2016). Ainsi, lors de sa rentrée, un étudiant débourse en moyenne :

2 Quels sont les principaux postes de dépenses mensuelles ?

Le logement : 45 % du budget mensuel

Faute de places, seuls 7,4 % des étudiants sont logés en résidence CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires), les célèbres cités universitaires. Ainsi la population étudiante est majoritairement dépendante du secteur privé.

La plupart des grandes villes universitaires, comme Paris, Lyon et Strasbourg, qui concentrent à elles seules plus d’un quart (28 %) des étudiants, ont connu une augmentation des loyers ces dernières années.

En 2017-2018, la moyenne des loyers en région parisienne s'élève à 669 euros (contre 655 euros sur l’année scolaire 2016-2017). À Marseille, elle s’élève à 482 euros (contre 471 euros sur 2016-2017) et à Nantes à 408 euros (contre 401 euros sur 2016-2017).

Sur le podium des villes accusant la plus forte hausse :

  • Limoges

    351 euros en 2017-2018, soit + 7,60 %
  • Grenoble

    429 euros en 2017-2018, soit + 4,34 %
  • Le Havre

    384 euros en 2017-2018, soit + 2,34 %

Vie quotidienne : 34 % du budget mensuel

Alimentation, produits d’hygiène, vêtements… La vie quotidienne pèse lourd dans les budgets étudiants : en moyenne, 385 euros par mois. Ces trois postes de dépenses ont augmenté en 2017 de + 2,75 % en région, et de + 4,40 % en Île-de-France. Seul le prix du repas en cité universitaire reste stable à 3,25 euros.

Loisirs, téléphone et Internet : 13 % du budget mensuel

Ces trois postes coûtent en moyenne 151 euros par mois selon la FAGE, qui relève une bonne nouvelle : les frais de téléphonie et d’Internet ont diminué de 0,92 % en 2017. Il n’y a pas de petites économies !

Les transports : 8 % du budget mensuel

Question transports, en 2018, l’augmentation moyenne des tarifs constatée est de 1,52 %. À l’échelle nationale, le prix moyen pour une année de transport en commun est de 267,32 euros pour les étudiants. Mais ce chiffre cache de fortes disparités. En tête des villes ayant subi les plus fortes hausses : Strasbourg (+ 3,91 %), Clermont-Ferrand (+ 3,63 %) et Rouen (+ 2,51 %). Et si six villes françaises ont mis en place un tarif boursier dans les transports, quatre villes hors région parisienne affichent des tarifs dépassant 300 euros par an :

  • Tours (331,20 euros pour un étudiant non boursier) ;
  • Rennes (321 euros) ;
  • Dijon (315 euros) ;
  • et Lyon (315 euros), pourtant deuxième ville universitaire de France après Paris avec près de 145 000 étudiants.

À cela il faut ajouter les frais de transports interurbains pour ceux qui étudient en dehors de leur ville d’origine. Ils sont 39 % à rentrer chez leurs parents au moins une fois par mois(1).

Heureusement, les étudiants savent s’organiser pour faire baisser la note ! Ils représentent par exemple le tiers des covoitureurs de la plateforme BlaBlaCar. Par ailleurs, le réseau SNCF propose un abonnement étudiant permettant d’effectuer neuf trajets simples par mois pour les parcours sur des lignes à grande vitesse. Au-delà de ces neuf trajets, cet abonnement permet d’obtenir des réductions sur d'autres lignes.

Pour les parcours sur des lignes autres que les lignes à grande vitesse, l’abonnement permet d’effectuer un nombre illimité de voyages pour une durée hebdomadaire ou mensuelle. Exemple : en région Centre-Val de Loire, quelle que soit la distance parcourue, le prix de l’abonnement est plafonné à 75 euros par mois pour les étudiants et apprentis.

3 Frais de rentrée : la santé pèse lourd

La rentrée universitaire entraîne de nombreux frais, qui se répartissent entre dépenses pédagogiques, logement et santé.

Les dépenses spécifiques universitaires : 422 euros en moyenne

Dès le début de l’année universitaire, les étudiants doivent verser leur frais d’inscription (184 euros en moyenne) et acheter le matériel pédagogique dont ils auront besoin toute l’année (238 euros en moyenne). On comprend que les bourses aux livres et les bibliothèques universitaires soient fréquentées !

Le logement : 328 euros en moyenne

Avant d’occuper un logement, il faut le trouver ! En passant par une agence, il faut compter en moyenne 258 euros de frais. Et n’oubliez pas l’assurance locative ! La FAGE l’estime à 70 euros pour l’année.

La santé : 508 euros en moyenne

Mais le poste de dépense le plus important de la rentrée est bien la santé. L’affiliation obligatoire au régime de sécurité sociale étudiant revient à 217 euros par an. Bonne nouvelle : dès la rentrée 2018, les nouveaux étudiants restent affiliés au régime général et seront rejoints par tous les autres étudiants en 2019. Ce montant de 217 € sera donc supprimé, une belle économie en perspective.

Si la complémentaire santé est facultative, elle n’en est pas moins très utile : 30 % des étudiants reconnaissent avoir déjà renoncé à des soins(1) par manque de moyens. La FAGE estime le coût annuel d’une complémentaire santé à 291 euros. Ce qui motive 45 % des étudiants à rester inscrits sur la mutuelle de leurs parents(1).

Sources :
Unef.fr
Fage.org
(1) Observatoire national de la vie étudiante, 2016.
Noter cet article :

Cet article...