0
0 sur 5( 0 vote )
L’apprentissage permet de trouver un emploi dans l’artisanat.
Travail

L’apprentissage : la bonne voie pour décrocher un job dans l’artisanat

0 min

L'essentiel de l'article

  • 70 % des apprentis trouvent un emploi sept mois après leur formation (1).
  • L'artisanat permet d’accéder à 250 métiers dans 4 secteurs : alimentation, bâtiment, production, services.
  • La loi du 5 septembre 2018 facilite l'accès à l'apprentissage.
lire la suite
0
0 sur 5( 0 vote )

1 L'apprentissage : la porte d'entrée pour trouver un emploi

Seuls 400 000 jeunes choisissent la voie de l'apprentissage chaque année, soit seulement 7 % des 16-25 ans. Pourtant, cette filière permet à 70 % des apprentis de trouver un emploi dans les sept mois suivant la fin de la formation, selon le ministère de l’Éducation nationale (1). C’est une porte d'entrée vers 250 métiers et certains secteurs de l'artisanat (boulangerie, pâtisserie, BTP, automobile ou encore les activités de l’alimentation) sont particulièrement accessibles à l'apprentissage. D’ailleurs, l'artisanat s'impose comme le premier employeur d'apprentis en France. Contrairement aux préjugés, cette formation prépare à tout type de diplôme, en passant du CAP au Master 2.

Les différents types de formation en apprentissage

  • Les diplômes de l’enseignement secondaire : certificat d’aptitude professionnelle (CAP), baccalauréat professionnel, brevet professionnel, mention complémentaire, brevet des métiers d’art.
  • Les diplômes de l’enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (BTS), diplôme universitaire de technologie (DUT), licences et masters professionnels, diplômes d’ingénieur, école de commerce.

Le saviez-vous ?

Les jeunes engagés dans un contrat d’apprentissage et âgés d’au moins de 18 ans peuvent bénéficier d’une aide de 500 euros pour passer leur permis de conduire. Pour en savoir plus sur les modalités, consultez le site du ministère du Travail.

2 Une nouvelle loi pour encourager les futurs apprentis

Rendre plus attractif l'apprentissage auprès des jeunes, c'est l'une des vocations de la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel », promulguée le 5 septembre 2018.

Notre objectif est de changer l'image de l'apprentissage et de le transformer en profondeur, de changer d'échelle et d'en faire une voie d'excellence et de réussite pour tous les jeunes.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail

Parmi les nouveautés, l'âge maximum pour entrer en apprentissage est de 30 ans (29 ans révolus). Et une nouvelle grille de rémunération pour les apprentis de 16 à 20 ans a été votée : ils gagnent dorénavant environ 30 euros brut de plus par mois et leurs aînés ne pourront plus être rémunérés en dessous du Smic. Autre changement : il est possible de débuter un cycle de formation en apprentissage sans contrat, dans un CFA, dans la limite de trois mois. L’intéressé obtient le statut de stagiaire de la formation professionnelle. Un bon moyen de tester le métier avant de s’engager sur la durée.

Bon à savoir

Le temps de travail des jeunes apprentis ne peut excéder 8 heures par jour et 35 heures par semaine. Avec la nouvelle réglementation, cette durée peut être portée à 10 heures par jour et dans la limite de 40 heures par semaine dans certaines circonstances. Mais ces heures devront donner lieu à des périodes de repos compensateur équivalent (2).

Votre enfant est étudiant ou apprenti ?

Avec le contrat Prem’s, il bénéficie d’une assurance logement et d’une assurance personnelle*, du deux-en-un !
Renseignez-vous !

Deux contrats d’alternance sont possibles :

  • Le contrat de professionnalisation (effectué en formation continue). Il est ouvert aux 16-25 ans révolus, ainsi qu’aux demandeurs d’emploi ayant plus de 26 ans, mais également aux bénéficiaires de la prime d’activité, de l’allocation spécifique de solidarité (ASS), de l’allocation adulte handicapé (AAH) ou d’un contrat unique d’insertion (CUI). La formation doit durer au minimum 150 heures sur 12 mois.
  • Le contrat d’apprentissage (qui relève de la formation initiale), quant à lui, s’adresse aux 16-29 ans. La formation doit représenter au moins 400 heures au cours de l’année.

Les deux contrats mêlent cours théoriques et formation pratique
en entreprise (3).

Sources :

(1) Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, « L’insertion des apprentis est marquée par la formation et par la conjoncture économique », 2018.
(2)Légifrance, Article L. 6221.
(3) Service Public Pro, « Contrat de professionnalisation et apprentissage : quelles différences ? », 2019.
Noter cet article :

Cet article...