Les AGORAé, des épiceries étudiantes solidaires

Soutenues par la Fondation Macif, les AGORAé sont des épiceries associatives solidaires qui s’adressent aux étudiants précaires. Implantées dans une dizaine de villes, elles proposent des produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien vendus 10 à 20 % de leur valeur réelle en supermarché classique.

Temps de lecture : 2 min

Mise à jour le 15/02/21

1 Étudiants et précaires

Selon l’IGAS, 20 % des étudiants vivent en dessous du seuil de pauvreté. En ajoutant le logement, les frais de scolarité, l’équipement, les factures, les transports, la santé et les frais divers, pas facile de boucler les fins de mois ! Si quasiment tous les étudiants doivent se serrer la ceinture par moments, certains souffrent d’une forme bien réelle de précarité financière. Et la crise sanitaire actuelle ne fait qu'augmenter la précarité étudiante. Difficile alors de couvrir ses besoins de base, comme l’alimentation ou encore les produits d’hygiène, qui peuvent peser très lourd dans leur budget.

La Fondation Macif soutient ce projet !

Découvrez d’autres projets soutenus par la Fondation Macif ici !

2 Des épiceries solidaires au cœur des campus

Cette réalité économique difficile est mesurée tous les jours sur les campus de France par les associations étudiantes regroupées au sein de la FAGE.

« On constate malheureusement qu’il y a de nombreux étudiants dans une situation de précarité, avec des difficultés financières chroniques », explique Erwan Vincent, premier vice-président en charge du développement associatif à la Fédération des associations étudiantes de Bretagne occidentale, à l’université de Brest.

C’est ainsi que sont nées en 2011 les AGORAé, des épiceries solidaires qui proposent des produits alimentaires, mais aussi des articles d’hygiène et d’entretien de la maison, vendus entre 10 et 20 % de leur valeur réelle en supermarché.

« On est là pour leur apporter une solution afin qu’ils puissent acheter des produits de qualité “normale” et à bas prix. Nos bénéficiaires sont des étudiants qui ont 7,50 € ou moins de reste à vivre par jour, c’est-à-dire qu’une fois qu’ils ont payé toutes leurs charges fixes comme le loyer, les transports, les factures... C’est donc très peu pour s’acheter à manger ! »

5 679 €/AN

C’est le montant maximum de la bourse étudiante (échelon 7) sur 10 mois, pour l’année 2020-2021.*

3 Privilégier les études aux jobs alimentaires

En 2020, plus de 12 300 étudiants ont ainsi bénéficié des AGORAé, qui sont présentes dans 15 villes universitaires de France. À l’image de William Dussart, qui fait partie des étudiants utilisateurs de l’épicerie solidaire du campus de Brest.

« En tant que bénéficiaire, j’ai un panier de 22 € par mois pour acheter ce dont j’ai besoin à l’AGORAé. Les produits coûtent trois fois moins cher que dans le commerce, c’est vraiment intéressant ! », constate-t-il.

Les AGORAé favorisent ainsi les études en réduisant le recours aux petits boulots qui rognent sur le temps de travail universitaire des étudiants précaires. C’est aussi une façon de leur donner accès à une alimentation plus saine et équilibrée, à moindre coût.

Retrouvez plus d’informations sur le site de la Fédération des associations générales étudiantes : https://www.fage.org/innovation-sociale/solidarite-etudiante/agorae-fage/

À savoir

15 AGORAé sont déjà ouvertes : Amiens, Brest, Caen, Lille, Lyon, Metz, Nancy, Nanterre, Nice, Paris 13e, Reims, Saint-Étienne, Strasbourg (Esplanade et Gallia) et Valenciennes.

L'Essentiel de l'article
  • Les AGORAé sont des épiceries solidaires destinées aux étudiants précaires.
  • 24 AGORAé en France.
  • Elles sont accessibles sur critères sociaux.
  • Elles proposent des produits alimentaires, d’hygiène et d’entretien à très bas prix.
Article suivant